Médiatude

Au centre d’une polémique sur sa vie intime, Yolande Bodiong répond

Au centre d’une polémique sur sa vie intime, Yolande Bodiong répond

Yolande Bodiong, promotrice de la chaine de télé SUN+ TV, multiplie les sorties depuis la diffusion sur les réseaux sociaux de la UNE d’un journal et d’une vidéo qui portent atteinte à son image.

Bien connue des téléspectateurs camerounais, notamment grâce à des émissions comme  K-Tapul’t, produite par Maraboo, Yolande Bodiong s’est récemment lancée un nouveau défi : Sun Plus Tv sa chaîne 100% divertissement disponible depuis le 3 août 2020 sur satellite. Encore concentrée à faire décoller  son nouveau projet, la femme d’affaires doit également faire face à une polémique qui tient  en haleine la toile.

La Une qui fâche

Tout est parti de la UNE du journal « Courrier Diplomatique » fortement relayée depuis le 21 août 2020. Le journal soutient que l’animatrice et d’autres femmes doivent leur « Enrichissement » au ministre des Finances. Ce qu’a dénoncé Yolande Bodiong via une série de publications, a pu constater Médiatude. « Quand j’ai passé sans parapluie, ni godasses mon concours national de recrutement des hôtesses de l’air à la Camair en 1996 tu ne pouvais pas écrire ? Quand j’ai créé ma première entreprise audiovisuelle en 2007, OPTIONS, tu ne pouvais pas écrire ? Quand j’ai été PR and Corporate communication Manager à Camair-Co en 2011 et que j’ai démissionné pour créer MARABOO, tu ne pouvais pas écrire ? Quand j’ai lancé SUN+TV la première Web tv divertissement 24h/24 de l’Afrique Centrale en septembre 2019 tu ne pouvais pas écrire ?  Quand mes employés ont les arriérés de salaires tu ne peux pas écrire ? mon frère, c’est quand je lance Sun+tv (SUN+TV ?) sur satellite que tu viens ouvrir tes larges doigts pour écrire mon nom dans tes bêtises ? » s’est offusquée l’animatrice le 21 août.

Mon mari a toujours été là pour moi .

Plus tard, ce sont des images de la présentatrice en plein ébats sexuels qui vont faire le tour de la toile. Des séquences intimes avec un homme, que l’on ne peut identifier, mais que des rumeurs ont tôt fait de confondre au ministre des Finances. Yolande Bodiong n’a pas traîné à réagir publiquement via un message audio.

« Ces images sont celles de mon mari qui ont été volées, lorsque j’ai perdu ma maman, mon téléphone a été volé et c’est mon mari et moi. Vous savez bien qu’on a institué le vendredi free, c’est-à-dire qu’on parle de sexe sans tabou. Parce que justement, il faut pimenter nos relations. Et mon mari et moi sommes très heureux, on partage justement tout ça, tout ce qu’on veut, quand on veut, et c’est ça qui solidifie notre couple », avoue la présentatrice du programme  K-Tapul’t dans cet audio mis en circulation le 26 août. Pour elle, il ne s’agit pas du ministre des  Finances comme tendent à faire croire des rumeurs. « La seule chose que je déplore aujourd’hui, c’est qu’on veuille faire croire que c’est l’image de ce ministre-là qui serait sur la photo. Non ! c’est bien mon mari Essome B52 et moi Yolande Bodiong, c’est moi qui suis la photo et je ne regrette pas d’avoir fait une fellation à mon mari parce qu’on le fait tout le temps, on fait tout ce qu’on veut. Voilà, on se lâche dans notre couple », déclare l’ancienne hôtesse de l’air de la défunte Cameroon Airlines.

C’est en 2011 que Yolande Bodiong et son époux décident de mettre sur pied Maraboo. Une Maison de production audiovisuelle spécialisée dans la communication audiovisuelle et les relations publiques : Maraboo va produire des contenus comme K-Tapul’t , Sacrés Parents, 8 pour un défi, On Rezap, 90 mn pour gagner… « Je n’ai jamais reçu un financement de qui que ce soit. Mon mari a toujours été là pour moi et nous avons bâti ensemble ce que nous sommes en train de faire aujourd’hui et que vous regardez » rassure l’animatrice.

Ce jeudi 27 août, pour tenter une nouvelle fois de rassurer le public, l’animatrice a posté une photo et une vidéo d’elle partageant un langoureux baiser avec son mari sur le plateau de SUN+ TV.( Photo d’illustration.)

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *