International

Au Niger, 36 employés d’un groupe de presse privé licenciés pour avoir réclamé leur salaire

Un huissier leur a notifié leur renvoie le mardi 28 mai 2024, après un mouvement de grève de 72h.

Journalistes, animateurs, techniciens et chauffeurs, presque aucune spécialité de la maison n’a été épargnée par le renvoi. Le personnel de Canal 3 Niger, qui comprend une radio et une télé, a été mis à la porte après une grève de trois jours pour réclamer 2 mois de salaire sur 18 impayés. Certains ont été licenciés pour abandon de poste. Pour l’heure, ne restent plus à Canal 3 que la direction, un agent et des stagiaires, d’après RFI.

La direction met en avant les difficultés économiques auxquelles sont confrontés les médias nigériens, pour justifier la situation. « La crise du Covid-19 est passé entre temps. L’environnement économique et financier est devenu un peu plus austère aussi. Entre temps aussi, les charges ont augmenté, notamment les coupures intempestives de la compagnie d’électricité. Depuis un peu plus de 10 mois, beaucoup de partenaires privilégiés en termes de couverture médiatique nous ont quitté. », a indiqué Seyni Amadou, le rédacteur en chef et directeur de la télévision Canal 3 Niger, dans un extrait relayé par RFI.

Il affirme par ailleurs que des médiations sont en cours, pour trouver une solution. Le ministre de la Communication, des Postes et de l’Économie numérique et la ministre de la Fonction publique, du Travail et de l’Emploi « ont initié une démarche pour la conciliation des deux parties en vue de parvenir à une solution négociée ».

Bouton retour en haut de la page