Médiatude

Christophe Bobiokono dément toute grâce accordée au professeur Mendo Ze

Christophe Bobiokono dément toute grâce accordée au professeur Mendo Ze

Invité de la matinale d’ABK Radio ce 16 avril 2021, le directeur de publication du journal Kalara est revenu sur la polémique autour de la vraie fausse grâce présidentielle accordée au professeur Mendo Ze. Le journaliste estime que le message a été mal compris.

C’est certainement l’une des affaires du moment au Cameroun. La maladie et la mort du professeur Gervais Mendo Ze, ancien directeur général de la CRTV et ancien ministre délégué à la Communication créé la polémique, du fait notamment de la situation confuse qui a entouré son décès. Selon plusieurs responsables et hommes de médias dont le directeur général de la CRTV Charles Ndongo ou celui de BNews 1 Ernest Obama, il aurait reçu une grâce présidentielle pour se soigner. Ce que rabattent en brèche certains avocats et universitaires, estimant que légalement la procédure est impossible.

Invité de la matinale sur ABK Radio ce 16 avril 2021, Christophe Bobiokono, directeur de publication du journal Kalara qui axe son travail sur le monde judiciaire a tenu à lever un pan de voile autour de cette fameuse grâce. Ainsi, il note que :  » Parlant de l’Affaire Mendo Ze, il n’y a pas eu de grâce présidentielle dans la mesure où le professeur Mendo Ze était sous le coup d’une seule poursuite judiciaire qui n’avait pas encore eu une décision devenue définitive. Son affaire était encore pendante devant la cour suprême. Or, la loi dit que pour que le chef de l’Etat apporté une grâce à justifiable, il faut que ce dernier soit condamné. Toutes les spéculations y compris celles du directeur général de la CRTV étaient simplement improbables » avant de continuer en indiquant que la polémique naît d’une erreur d’interprétation de la famille : « ce qui s’est passé c’est que le directeur du cabinet civil (information Kalara) avait informé notamment son épouse que le chef de l’Etat était d’accord était d’accord que monsieur Mendo Ze soit momentanément soustrait de l’encadrement de l’administration pénitentiaire…mais les membres de la famille qui ont eu cette information ont tôt fait par ignorance de laisser croire que le professeur avait été grâcié ».

Un éclaircissement qui pourrait donc mettre fin aux spéculations, alors que l’ancien patron de l’audiovisuel national sera porté en terre le 24 avril prochain.

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *