Médiatude

Paul Biya promet une enquête sur l’affaire Samuel Wazizi

Paul Biya promet une enquête sur l’affaire Samuel Wazizi

La mort du journaliste ne cesse de défrayer la chronique et d’alimenter le débat au sein de l’opinion camerounaise. Après des accusations de violations des droits de l’homme par l’armée Camerounaise dans ce dossier, le gouvernement a réagi en insistant sur le fait que le journaliste soit mort de maladie. Toutefois, au sortie d’une audience ce vendredi 05 juin 2020 avec le président de la République Paul Biya, l’ambassadeur de France Christophe Guilhou a annoncé l’ouverture d’une enquête.

Samuel Wazizi est mort. L’information a été confirmée ce jour par un communiqué de porte-parole du ministère de la Défense, le capitaine de frégate Atonfack Guemo Cyrille. Si cette information ainsi donnée était déjà un secret de polichinelle, le débat réside encore autour des circonstances de la mort en détention du journaliste d’expression anglaise. De source gouvernementale, il serait mort d’une maladie qui l’habitait bien avant son incarcération le 02 août 2019 à Buea. Une hypothèse battue en brèche par le syndicat national des journalistes du Cameroun qui par la voix de son président Denis Nkwebo dénonce « un tissu de mensonge » en insistant sur le fait que « le journaliste serait mort de torture, à la suite d’une arrestation arbitraire ». Une version également corroborée par des organisations de défense des droits des journalistes dans le monde.

Face à la critique, le président de la République Paul Biya a promis d’ouvrir une enquête pour faire la lumière sur les causes du décès de ce journaliste. C’est en substance ce qui découle de l’audience accordée ce 05 juin par le président Paul Biya à l’ambassadeur de France Christophe Guilhou. Ainsi, le diplomate a déclaré : « L’émotion qui nous a pris quand nous avons appris le décès du journaliste Samuel Wazizi a fait que nous avons beaucoup parlé et le président m’a dit qu’il allait lancer une enquête pour connaître toutes les circonstances de la mort de votre collègue ».

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *