Médiatude

Richard Bona désavoue RFI

Richard Bona désavoue RFI

Sur son site web, la radio a publié un article donnant la parole à Richard Bona et à Belka Tobis ce vendredi 12 juin 2020. Le sujet étant la sortie par Richard Bona du titre « Allô Fokou ». Cependant, ce dernier dit ne pas se reconnaître dans les propos qui lui ont été attribués et demande réparation.

Richard Bona est au centre de l’actualité star depuis quelques jours avec la sortie de sa chanson polémique « Allô Fokou », où d’après des observateurs, il décrie la gouvernance publique au Cameroun. Suffisant, pour justifier d’un article pour Radio France Internationale (RFI). Dans l’article publié sur son site ce 12 juin, la radio donne la parole au chanteur, qui explique le but de sa chanson et le message qu’il souhaite transmettre: « Vu ce qui se passe dans le sud-ouest et nord-ouest, dans la région anglophone au Cameroun et aussi au nord-Cameroun, avoir initié cette guerre au Nord et Sud-Ouest. On aurait pu faire tout pour ne pas rentrer en guerre. Et voilà.  C’est tous ces élans de brutalité qui font que je pense que ça a été une très mauvaise décision. Le résultat est là, il est juste accablant. Voilà. Et au Cameroun, c’est une très, très vieille dictature. C’est une dictature qui ne dit pas son nom depuis presque quatre décennies et ça doit changer. On ne va pas trouver des solutions avec des gens qui ont créé le problème. Donc voilà, Paul Biya, must go ! » En français, « Paul Biya doit partir ». Pour contrer Bona, la parole est aussi donnée au chanteur Belka Tobis qui condamne la sortie de cette chanson : « Je n’ai rien contre Richard Bona, qui est d’ailleurs un très grand musicien que j’apprécie. Mais le seul bémol est qu’il prône la guerre. Mais moi, je prône la paix. Il n’est pas en train de jouer son rôle d’artiste. L’artiste est là pour la paix et non pour la guerre. J’aimerais vraiment, si Richard Bona veut participer, faire évoluer de son pays le Cameroun, qu’il parle vraiment, qu’il essaie un peu d’apaiser tous les Camerounais. Je veux qu’on passe par le dialogue que le président de la République camerounais a donné, Monsieur Paul Biya. Mon seul parti politique, c’est la paix. Après soixante ans d’indépendance, je n’aimerais pas qu’il y ait la guerre dans mon pays. Je veux qu’on avance. J’aimerais que nos enfants avancent dans la paix ».

Cependant, Richard Bona ne se reconnaît pas dans les propos cités plus haut, et il a tenu à le faire savoir dans une sortie sur sa page Facebook. « Allô RFI » Sauf que l’interview je l’ai ici sur mon téléphone…Vous croyez que vous êtes SMART? Moi je suis un stratège…Maintenant je veux que vous publiez la vraie interview sinon c’est moi qui vais la publier…Je quitterai cette terre comme un être juste et intègre…Osssss ». Aussi, il annonce avoir saisi le top management de RFI et demande la réhabilitation de ses propos: « Je ne parle pas aux disciples…Je parle à Dieu directement. Oui je viens d’envoyer un e-mail à la Boss et j’attends son feed-back… »

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *