Médiatude

à la une

Interview Aristide Bounah : « Dans 5 ans nous comptons être dans le top 5 des télés les plus suivies en Afrique Centrale »

Par S.B.
Interview Aristide Bounah : « Dans 5 ans nous comptons être dans le top 5 des télés les plus suivies en Afrique Centrale »

Depuis le 29 septembre 2021, les téléspectateurs peuvent retrouver la chaîne Afrik Inform sur leur petit écran. N’évoluant jusque-là que sur le digital, la chaîne du haut de ses huit années d’existence, s’ouvre à de nouveaux canaux et décline ainsi de nouveaux challenges. Aristide Bounah, promoteur de Afrik Inform TV nous a accordé une interview au sujet des enjeux de ce nouveau produit du landerneau audiovisuel camerounais.

Médiatude : Bientôt 10 ans que la plateforme AFRIK INFORM existe. Quel bilan faites -vous après de cette période ?

Aristide Bounah : Afrik Inform est née officiellement en juillet 2015. À l’issue d’une grosse injustice vécue par ma famille et le traitement des informations par certains médias en ligne qui laissaient circuler des contre-vérités ; relayaient des informations sans vérification. Mais avant cette période, j’avais créé un forum WhatsApp de débats entre des amis éveillés et attentifs aux différentes actualités. Ledit forum est né le 7 décembre 2014 et regroupe les fans de notre media. C’est pourquoi nous avons célébré les 7ans de notre média le 7 décembre 2021.

Au sujet du bilan, pendant ces 7ans, je dirais que sur le plan personnel je suis satisfait de notre évolution à ce jour. Nous avons un support qui souhaite contribuer au développement du Cameroun et de l’Afrique. Mes équipes et moi, considérons ce travail comme du service public et le faisons chaque jour avec fierté. De la production de contenus écrits à la télévision classique en passant par des vidéos à contenu riche sur internet, je crois que nous nous sommes affirmés et les multiples distinctions en sont quelques indicateurs de ce que nous avons une démarche appréciable par le public.

Depuis le 29 septembre dernier, AFRIK INFORM a étendu son champ d’action notamment vers la télévision. Vous êtes depuis ce jour, disponible sur le Satellite. À quel point était-il important pour vous de basculer vers l’audiovisuel ?

Le taux de pénétration d’Internet au Cameroun reste faible. Moins de 5 millions de camerounais ont accès à internet dans un pays de plus 25 millions d’habitants. Ajoutez à cela des multiples restrictions de certains réseaux sociaux qui a notre observation restreignent l’audience au fur à mesure que vos abonnés augmentent. Dans la charte de Facebook par exemple ils indiquent à 7% en moyenne l’audience organique par post, ce qui est une grosse escroquerie. Culturebene par exemple ne peut pas avoir 1 million 300mille abonnés et toucher moins de 100mille personnes par post. À quoi servent dont les autres abonnés ?  Ajoutez à ceci le comportement des annonceurs : il est très peu évident qu’un annonceur réserve 1million pour un média en ligne lors de sa campagne. Il préférerait réunir plusieurs et leur donner chacun maximum 100 mille FCFA. Ce qui reste très insignifiant pour gérer toutes les charges inhérentes à l’activité. Nous avons eu le privilège d’avoir plusieurs autres activités, ce qui nous a permis de maintenir le cap à ce jour.

Étant en télévision et sur satellite, je crois que l’investissement (700mille/mois) que j’ai eu à faire pendant 7ans va revenir parce que nous avons des programmes sérieux à contenus denses et un personnel volontaire bien formé.

Une télé de plus dans cette flopée de médias au Cameroun et qui ont du mal à payer les salaires des employés. Qu’est-ce qui motive un entrepreneur comme vous alors qu’il existe un réel problème de viabilité des entreprises de Presse ?

Nous avons dépensé 700 mille francs par mois pendant 7 ans sans véritable entrée. Notre expérience et notre crédibilité auprès des annonceurs avec notre entreprise principale va nous aider à rentabiliser ce nouveau challenge. Nous faisons de notre mieux pour que nos collaborateurs soient à l’abri du minimum. Je sais que nous devons faire des efforts supplémentaires. Avec Afrik Inform Télévision ça ira mieux. Nous évoluons en fonction de nos capacités.

En quoi cette télé sera-t-elle différente des autres ?  Va-t-on s’attendre comme les autres, aux débats et émissions en plateaux à longueur de journée ?

La denrée que nous servons et allons continuer de servir aux populations c’est L’INFORMATION, nous aurons des flashs infos actualisés trois fois par jour, un journal le soir, nos émissions connues seront diffuséee en direct, « 7MinPourConvaincre », « Le Débat d’Afrik-Inform », « Référence sport », « Lâchez-vous », « Les bâtisseurs du Continent », « L’Affiche du jour », et des documentaires sur plusieurs sujets utiles. La particularité résidera au niveau du choix des invités, et un accent sera mis sur la promotion des entrepreneurs.

Vous annoncez pour très prochainement sur plusieurs autres bouquets notamment Canal +. Dites-nous en plus…

Étant sur satellite, nous sommes déjà sur tous les bouquets Free et la plupart des bouquets cryptés. Afrik Inform Télévision est disponible sur le Satellite: Amos17, Frequence:12252, Symbol rate:30000, Polarite: Vertical, FEC:3/4.  Si vous ne recevez pas encore chez vous, il suffit d’envoyer les coordonnées sus-cités à votre fournisseur d’images.

Vous pouvez également nous suivre en direct à travers notre application mobile Afrik Inform tv disponible sur Playstore.

Quels sont vos défis actuels, maintenant que vous évoluez sur le support audiovisuel ?

En ce moment nous souhaitons stabiliser nos programmes et inviter nos milliers d’abonnés de rester abonnés à nos comptes en ligne mais de surtout de devenir nos fidèles téléspectateurs.

Comment voyez-vous votre chaine de télé dans 5 ans ?

Modestement, dans 5 ans nous comptons être dans le top 5 des médias les plus suivis dans la sous-région Afrique centrale.

Rendez-vous dans 5 ans Aristide et bon courage pour la suite…

Merci. Courage à vous aussi qui êtes constant dans cet environnement difficile.

Propos recueillis par S.B., Médiatude

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *