Médiatude

à la une

« Ce n’est pas parce que vous avez déjà placé vos enfants, que les nôtres ne doivent pas être dans la fonction publique », lance Martial Owona aux ministres de la Fonction publique et de l’enseignement supérieur dans TOUR D’HORIZON

Par G.M.
« Ce n’est pas parce que vous avez déjà placé vos enfants, que les nôtres ne doivent pas être dans la fonction publique », lance Martial Owona aux ministres de la Fonction publique et de l’enseignement supérieur dans TOUR D’HORIZON

Sur le plateau de Tour d’Horizon du lundi 23 mai 2022, le directeur de la rédaction de Vision4, Marital Owona s’est offusqué du projet d’arrêt d’intégration directe des enseignants diplômés des écoles normales supérieures d’enseignement général et technique.

Partant du général pour le particulier, le journaliste dans sa première prise de parole a tenu à faire remarquer que le « Cameroun est le seul pays au monde où on construit une route on ne met pas les rigoles pour évacuer les eaux. Et c’est quand les eaux commencent à stagner qu’on crée un comité interministériel de réflexion sur la pose des drains ».

Et d’ajouter « Le Cameroun est le seul pays au monde où on construit une autoroute avant de mettre les lampadaires. C’est ce qui se passe actuellement sur l’autoroute Yaoundé – Nsimalen. On est en train de creuser avec les pioches… »

« Un Etat ne dit pas, je ne recrute pas dans la fonction publique »

Abordant la thématique à l’ordre du jour, « Enset, Ens : vers la fin des intégrations après la formation ? », Martial Owona estime que la lettre cosignée des ministres de la Fonction publique et de l’enseignement supérieur, annonçant la fin des intégrations directes des enseignants du secondaire s’inscrit en contradiction avec la volonté du président de la République, qui lors du mouvement de revendication de ces derniers avait plutôt instruit « la systématisation des intégrations » de ce corps de métier.

Pour le journaliste, avant d’aborder la question des « intégrations des enseignants », les membres du gouvernement auteurs de cette proposition de réforme devaient d’abord songer à « homologuer les prix des heures de cours dans le privé ».

« Voilà donc un pays qui en train de dire qu’on va plus intégrer les étudiants diplômés des écoles normales d’enseignement général et technique, mais qui n’a pas pensé à résoudre le problème des payements des enseignants dans le privé. Ce n’est pas parce que vos enfants ont déjà fait l’école, vous les avez déjà placés, que les nôtres également ne doivent pas être dans la fonction publique », s’est-il indigné. Avant de conseiller « Un Etat ne dit pas, je ne recrute pas dans la fonction publique. Allez aux Etats-Unis. C’est sous forme de contrat ! »

Articles Similaires