Médiatude

Carole Yemelong : « Le débrief de l’actu est un projet qui date d’au moins un an en réalité »

Carole Yemelong : « Le débrief de l’actu est un projet qui date d’au moins un an en réalité »

Au lendemain du lancement du prime de l’info soir sur Canal 2 international et diffusé pour la première fois ce lundi 21 octobre, Médiatude est allé à la rencontre de Carole Yemelong. La directrice des programmes et rédacteur en chef de la chaîne verte nous a éclairés sur les motifs du lancement de ce nouveau programme qu’elle tient. Dans un entretien téléphonique avec Médiatude ce mercredi 23 octobre, la journaliste nous donne dans les détails les ambitions de sa chaîne à travers cette émission,  alors que plusieurs internautes voient en ce nouveau déploiement une réponse à la célèbre émission « Équinoxe Soir » sur Equinoxe Tv. Interview

Médiatude : Qu’est ce qui a poussé la chaine à lancer ce talk-show ?

Carole Yemelong : C’est un projet qui date d’au moins un an en réalité. C’est un concept qu’on avait pensé pour la présidentielle et qui était censé se pérenniser mais après on n’avait pas réussi à libérer l’espace… C’était prévu pour commencer dès la convocation du corps électoral puisqu’on avait expliqué à notre direction générale la nécessité d’avoir un programme qui décrypte l’actualité essentiellement politique autour des politiques publics puisque l’offre politique est essentiellement basée sur les politiques publiques lors des consultations électorales  de ce genre. La Direction générale l’avait validé. On l’a d’ailleurs testé pendant la Présidentielle. Souvenez-vous on avait commencé à parler du debrief et de CQSD ( Ce qu’il faut décrypter, Ndlr) qui était sur le même modèle ; même format, même type de dynamique en terme de décryptage avec des experts et des politiques. Bon, après la présidentielle on n’a pas pû dégager l’espace horaire puisque c’était un espace dédié à la diffusion de la série africaine. Une série télévisée pour laquelle des sponsors s’étaient engagés ; certains pour un an d’autres pour un an et demi. On ne pouvait pas l’arrêter du jour au lendemain sans avoir réglé les problèmes de nos contrats avec les annonceurs qui nous accompagnaient. Il a fallu attendre la fin de ces contrats pour pouvoir envisager le lancement de ce prime… Ce qui est arrivé ces jours ci. On s’est dit qu’on allait le faire pendant le grand dialogue national parce que c’était d’ailleurs l’autre borne qu’on s’était imposée. Mais on n’a pas toujours pu rompre,  on a du attendre la fin totale des séries qu’on avait sur cet espace horaire pour pouvoir lancer.

Avez-vous reçu de bons retours depuis le lancement de cette émission ?

Honnêtement on ne s’est pas attardés sur les retours parce qu’on est encore en train de faire des réglages. Vous voyez qu’il n’y a aucune bande d’annonce à l’antenne,  donc nous-même n’avons pas encore commencé la promotion du programme. Vous savez que pour lancer un produit il y a plusieurs façons. Etant à l’écoute de l’audience comme nous le sommes, on peut choisir de mettre le produit sur le marché, d’attendre que les retours remontent, ou alors on suppose qu’on a un produit fini on l’impose aux téléspectateurs avec tout ce qu’il va. Donc, nous en sommes encore à recueillir ce qui remonte de l’audience et honnêtement des gens nous disent « vraiment on attendait ça depuis longtemps » « pourquoi vous vous êtes pris aussi tard »,  mais il n’est jamais trop tard pour lancer un projet infini. Toutefois, nous allons faire une promotion autour du programme.

Sur notre page Facebook, il y en a qui estiment que ça fait un peu trop de talk show en télé notamment  sur Canal 2. Ça ne sature pas un peu ? Vous n’avez pas cette impression ?

Je ne sais pas s’il y en a trop. Parce que sur Canal 2 en termes de talk-show, il faut bien faire la différence entre les talk-shows thématiques et politiques. Si les consommateurs se reconnaissent dans des rubriques, on doit leur servir ce qui leur plait. Donc je ne pense pas qu’il y a trop de talk-show politiques ou sport ou culture. Il n’y a que de talk-show. La deuxième chose c’est qu’il faut quand même reconnaitre que les programmes de stock sont plus difficiles à produire. Vous savez bien que les télévisions n’ont pas vocation à produire mais à diffuser. Donc nous attendons encore et toujours que l’on nous propose des choses qui peuvent prendre la place de ces talk show. Vous avez vu qu’en même temps qu’il y a des talk-show, en même temps il y a de nouvelles émissions qui arrivent sur Canal 2 et qui sont des émissions de stock. Vous avez vu ‘’Yayato’’ou ’’Choisir’’ qui offrent du contenu avec du terrain, des enquêtes des reportages qui viennent s’ajouter à notre offre. Je pense que cela répond aux attentes de nos téléspectateurs et nous espérons plutôt être à la hauteur dans la qualité du talk show. Le talk show lui-même il n’est pas mauvais. Il doit produire du sens, il doit construire un citoyen, il doit mettre à la disposition du citoyen de l’information de qualité et c’est à ça que nous nous attelons au quotidien.

Pour les gens qui estiment que Le débrief de l’Actu a été lancé en réaction à Équinoxe soir, souvenez-vous que Canal Presse a été lancée avant toutes les autres émissions et après quand toutes ont été lancées nous n’avons pas crié à la réaction des uns et des autres.

Est-ce que quelque part Le débrief de l’Actu de Canal 2 n’est pas en réalité une réponse à Équinoxe Soir diffusée à la même heure sur Equinoxe TV ? ( Sourire)

Je vous ai expliqué au départ que ça fait un an… Il y a un an, aucune chaine de télé n’avait un débat sur cette tranche horaire. Et si nous avons pensé à ça avant la présidentielle on n’en est pas à la réaction. Pour la petite histoire, pour les gens qui estiment que Le débrief de l’Actu a été lancé en réaction à Equinoxe soir, souvenez-vous que Canal Presse a été lancée avant toutes les autres émissions et après quand toutes ont été lancées nous n’avons pas crié à la réaction des uns et des autres. C’est de bonne guerre. Il faut bien produire du contenu de qualité pour ses téléspectateurs et nous, nous sommes focus sur notre offre parce que nous voulons garder notre leadership et nous nous mettons en avant pour pouvoir contenter notre audience. Si on en arrive à créer des tranches horaires comme celle-là c’est parce que nous avons fait des études d’audience depuis 2 ans et nous savons que les téléspectateurs attendaient des choses à des tranches horaires précises. Et d’ailleurs ce n’est pas la dernière chose qui sera ajoutée à la grille des programmes de Canal 2 ces jours ci. Il y a encore d’autres emménagements qui sont à venir. Nous avons choisi de partir par dose homéopathiques. Vous avez vu le relooking de C’Comment et de Nous Chez Vous… C’est un processus qui est en place et je demande aux téléspectateurs de rester accrochés parce que la vitesse de ouf, ça a toujours été ça sur Canal 2 International. Nous sommes la locomotive, nous en sommes conscients et nous allons continuer à assumer nos responsabilités de moteur de la télévision au Cameroun

© Entretien avec Y.M.T. , Médiatude


Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *