Point de vue

Georges Mbimbe : « [Les ennemis] d’Eto’o sont allés voir des gens sur les réseaux pour les monter contre lui »

Dans une vidéo de son passage dans l’émission ENTRETIEN AVEC, sur Stv, Georges Mbimbe, journaliste et rédacteur en chef de la radio sportive RSI, donne les raisons de « l’acharnement » de la presse sur Samuel Eto’o.

D’après Georges Mbimbe, les critiques, les reportages, les émissions et dossiers à charge contre Samuel Eto’o, seraient en effet, les manifestations d’une supposée cabale orchestrée par ses détracteurs. Ceux-ci, selon le journaliste, ne seraient pas d’accord avec les réformes apportées par le président de la Fécafoot à l’instance, au lendemain de son élection le 11 décembre 2021. Des réformes qui auraient sapé leurs intérêts, parmi lesquels l’imposition de certains joueurs dans l’équipe nationale et l’usage personnel des subventions de l’État.

« Ces gens percevaient l’argent de l’État, parfois malheureusement, ils ne payaient pas les salaires des joueurs, et donc, ces joueurs parfois quittaient le pays et allaient à Oman, puis essayaient de se balader avec l’aide des agents. Et puis un jour, ils se retrouvaient en équipe nationale et on se plaignait de ne pas avoir des joueurs de niveau : voilà le schéma qu’on a. Quand il [Samuel Eto’o] est arrivé, il a voulu modifier ce schéma ». Ce qui aurait marqué le début des ennuis de l’ex star du Barça, à en croire Georges Mbimbe.

« Quand il a voulu modifier ce schéma, les gens qui se servaient du football pour construire leurs immeubles dans leurs villages et tout le reste, ont pris cela pour un problème personnel. Ils ont ameuté d’autres personnes sur les réseaux sociaux et ont expliqué qu’ils ne le soutiennent plus parce qu’il n’arrive pas à ramener ‘l’ordre’, qu’il est venu diviser […] », poursuit le journaliste, martelant que « la division » de Samuel Eto’o avec ces anciens soutiens « est venue de là ».

De plus Georges Mbimbe, rapporte que la « deuxième erreur » de Samuel Eto’o est d’avoir exigé aux patrons de clubs de présenter « les reçus de paiement des joueurs », avant de recevoir des subventions. « […] Quand Samuel Eto’o a demandé ça, il s’est retrouvé avec des gens qui ne connaissaient pas ça […]. C’est devenu un problème. Ils ont donc pris les moyens qu’ils ont, ils sont allés prendre les gens qu’ils connaissaient sur les réseaux sociaux et ils ont expliqué que le football camerounais va plus mal aujourd’hui qu’il y a de cela plusieurs années […] », a-t-il déclaré inférant que le désaccord de Samuel Eto’o avec ses détracteurs est un « problème de réformes ».

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page