Médiatude

à la une

La journaliste de la RTS, Tatiana Meliedje récompensée pour une enquête sur le traitement de la tuberculose infantile

Par G.M.
La journaliste de la RTS, Tatiana Meliedje récompensée pour une enquête sur le traitement de la tuberculose infantile

Tatiana Meliedje est la lauréate 2021 du « Prix Meilleure écriture journalistique » décerné par l’Organisation non gouvernementale, For Impact in Social (FIS). Cette distinction reçu le 06 mai 2021 à Yaoundé, honore notamment son travail courageux pour la lutte contre la tuberculose infantile dans le pays.

Son travail d’infiltration dans les centres de traitement de la tuberculose infantile a donné une voix à celles et ceux qui ne peuvent pas exprimer les frustrations dont ils sont victimes au quotidien. Approchée par Médiatude, la journaliste en service à la Radio Siantou s’explique : « J’ai réalisé un reportage qui montrait la difficulté à diagnostiquer les enfants mais aussi, que malgré la gratuité du traitement d’autres coûts sont induits à la prise en charge.  Par exemple les frais d’hospitalisation qui tournent autour de 10 000 FCFA par jour. Ce qui revient au moins à 210 000 FCFA pour un enfant malade interné pour la durée minimale qui est de 21 jours », Confie-t-elle à Médiatude.

Dans la suite de son propos, Tatiana Meliedje indique avoir également souligné le difficile accès dans les centres de prise en charge qui sont concentrés dans leur majorité, dans les grandes métropoles. « Une femme âgée dans mon reportage racontait comment elle a dû quitter la campagne pour Yaoundé avec sa petite fille malade. Elle était obligée de faire les navettes pour le village afin de chercher de la nourriture et de faire des emprunts de plus de 200 mille dans les tontines pour gérer la situation », explique la finaliste de la bourse Ghislaine Dupont et Claude Verlon de Radio France Internationale (RFI) 2020. 

Sur le diagnostic, renseigne la femme de médias de 27 ans en service à Radio Tiemeni Siantou à Yaoundé, un chercheur de l’IDR dont elle a rencontré explique que « les enfants sont sous diagnostiqués au Cameroun à cause de l’appareil de diagnostic qui est très inconfortable », a-t-elle fait savoir.

Toujours dans le cadre de cette compétition, Samuel Bondjock, directeur de publication du journal Direct info est reparti avec le deuxième prix.

Articles Similaires