Médiatude

à la une

« Désormais on ne peut être inéligible à la Fecafoot que si on est condamné à une peine privative de liberté », Ernest Obama face à Rodrigue Tongué

Par L.A.O.
« Désormais on ne peut être inéligible à la Fecafoot que si on est condamné à une peine privative de liberté », Ernest Obama face à Rodrigue Tongué

Le chef du Département de la Communication de la Fecafoot a révélé que les textes de la Fecafoot, interdisant au président d’assurer son statut en cas de condamnation par la justice, ont été amendés lors de la dernière assemblée générale ordinaire de la Fédération.

Ernest Obama lors de l’interview accordée à Rodrigue Tongué sur les antennes de Canal international le mercredi 31 août dernier, a répondu à Guibai Gatama. Le désormais ancien membre du Comité exécutif de la Fecafoot est aussi connu pour avoir rappelé à Samuel Eto’o qu’il n’est plus le président de la Fédération depuis sa condamnation à 22 mois de prison avec sursis par un tribunal Espagnol. Le DP de L’ŒIL du Sahel s’appuyait sur les textes de la Fecafoot. En réponse, le chef du département de la Communication de l’instance faîtière du football camerounais, a révélé que les textes scandés par Guibai Gatama n’ont plus désormais lieu d’être.

« Désormais on ne peut être inéligible à la Fecafoot que si on est condamné à une peine privative des liberté, avec un certificat de détention. Ce sont désormais les textes de la Fédération camerounaise de Football, a-t-il déclaré avant d’être coupé par Rodrigue Tongué qui, a retorqué que cette action avait été « taillée à la mesure de Samuel Eto’o ».

« Si vous dites que c’est taillé à la mesure de Samuel Eto’o, ça veut dire que vous insultez les 66 personnes qui étaient l’Assemblée générale. Vous pensez que ces personnes ne sont pas assez intelligentes […] », a repliqué Ernest Obama. « Comprenez donc que, monsieur Eto’o, qui a été condamné à 22 mois avec sursis, d’ailleurs que cela n’avait aucun effet à la Fédération. Quiconque est condamné avec sursis et qui est candidat à la Fecafoot est éligible, sauf si vous êtes condamné avec une peine privative de liberté… Un certificat de détention. C’est clair maintenant, donc, le débat sur les Guibai et autres c’est terminé ! », a tranché l’ex directeur général de la défunte chaîne de télévision Bnews1.

Il y a lieu ici de rappeler que c’est le journaliste Guibai Gatama, qui a mis sur le tapis les textes de l’instance démontrant que Samuel Eto’o n’est dès lors, plus le président de la Fecafoot depuis sa condamnation en Espagne. Une position que le directeur de publication de l’œil du Sahel a soutenu quitte à ne pas se présenter à la session ordinaire de l’Assemblée générale de la Fecafoot qui a eu lieu le samedi 27 août à Douala. Mais au sortir de là, ce dernier a été « radié » du Comité exécutif de la Fecafoot. Et à en croire Ernest Obama, tous les arguments brandis par Gatama pour remettre en doute la présidence de la Fecafoot assuré par Samuel Eto’o, sont désormais infondés.

Articles Similaires