Médiatude

à la une

Interview Muriel Blanche : « La production de LE CHŒUR DES FEMMES me suivait depuis »

Par Y.M.T.
Interview Muriel Blanche : « La production de LE CHŒUR DES FEMMES me suivait depuis »

Actrice, chanteuse, productrice de films, Muriel Blanche a démarré en mars dernier une nouvelle aventure en tant que chroniqueuse télé dans l’émission LE CHŒUR DES FEMMES sur CANAL+ ELLES. Dans cet entretien avec Médiatude, elle revient sur son arrivée dans cette quotidienne de divertissement. Muriel Blanche donne également son avis sur le paysage médiatique ivoirien. Interview

Médiatude : Depuis plusieurs semaines déjà, vous êtes chroniqueuse dans « Le chœur des femmes » sur Canal+ Elles. Comment trouvez-vous cette expérience ?

Muriel Blanche : Merci Médiatude pour l’intérêt accordé à ma personne. C’est une expérience extraordinaire qui comme toutes les premières fois se vit avec appréhension, mais avec l’amour qu’on a pour les métiers de l’audiovisuel ça devient juste passionnant et ça se vit avec beaucoup d’émotions aussi.

Racontez-nous comment se fait les premiers contacts avec les producteurs de cette émission ? Une anecdote ?

La production me suivait depuis. Ils ont des critères de sélection pour identifier les profils qu’ils souhaitent exploiter. Ils m’ont contactée, ensemble on a échangé avec mon équipe, on s’est accordé et voilà. Tout s’est passé aussi simplement parce qu’ils ont des personnes extraordinaires qui sont à l’écoute, qui vous accompagnent dans votre processus d’imprégnation, vous motivent, vous coachent. Dès le premier jour vous vous sentez déjà en famille et la préparation se passe super bien.

Une anecdote : (Rires)…Mais là sincèrement chaque fois que je pense à l’émission je revois cette scène du premier jour : J’arrive sur le site de tournage puis après une petite visite des lieux on me conduit à la salle de maquillage. Lorsque j’arrive tout le monde vient m’embrasser, des câlins, la joie se lit sur les visages. Puis je me rends compte qu’il y’a PRISSY qui est carrément à l’ouest de cette belle ambiance. Elle est face au miroir et elle se concentre sur sa coiffure. Je m’avance, elle a le dos tourné, je lui dis « Bonjour Prissy » ; elle ne se retourne même pas. Je me dis qu’elle n’a pas suivi puis je le dis un peu plus fort et elle se retourne brutalement et me répond nerveusement : « J’ai répondu nooonn. Il y’a quoi avec toi !? ». J’étais vraiment terrifiée puis me suis calmement retournée vers Deborah pour savoir ce qu’elle avait ou alors qui l’avait mise dans cet état et pendant que les autres essayaient de m’expliquer qu’elle est de mauvaise humeur, j’entends une grosse voix derrière moi avec un grand fou rire « Bienvenue dans le chœur des femmes » : C’était Prissy (rires). Elle m’a fait ça ! J’étais déjà en mode « waouh, quel accueil !? » … On en a tellement rigolé que cette anecdote a fait l’objet d’une simulation pendant une émission.

On le sait le programme qui est une quotidienne, est réalisé en Côte d’ivoire. Est-ce facile de gérer vos affaires personnelles et les déplacements en Côte d’ivoire pour les tournages ?

Lorsque tout ce qu’on fait comme métiers tourne autour de nos passions ça devient du divertissement. Je prends plaisir à faire toutes ces activités. J’essaye juste de m’organiser et puisque les programmes de tournage sont connus à l’avance (Que ce soit pour le cinéma ou pour les émissions) ça me permet de planifier les autres activités dans l’intervalle de temps restant.

Avant Canal+, aviez-vous déjà eu de telles propositions de la part des chaines locales au Cameroun ?

 Avant Canal+, je n’ai pas vraiment eu de propositions formelles au Cameroun.

Et si on vous en fait ?

Je suis toujours ouverte aux propositions selon leur pertinence. Si une proposition m’épanouie et est bien encadrée, je le ferais, mais pas pour le moment.

Pour vous qui côtoyez régulièrement les médias ivoiriens. Quelle lecture faites-vous de l’évolution du paysage médiatique en Côte d’ivoire ?

C’est clair qu’ils ont en si peu de temps pris une avance énorme sur nous. Que ce soit au niveau des productions ou de la considération donnée au métier. Le décalage est visible de loin et sur votre media vous avez souvent fait des comparaisons dans ce sens et certainement les commentaires vous ont permis de comprendre le décalage. Ils ont de très beaux plateaux et avec la concurrence de qualité, le contenu des programmes le devient aussi.

Peut-on s’attendre à vous voir diriger un programme à la télé ?

(Rires) Pour l’instant je fais mes classes.

Quels sont vos programmes préférés à la télé comme à la radio ?

Je regarde beaucoup de films africains, parce que ça me permet de vivre l’évolution de notre cinéma et en tant que directrice de casting et directrice de production de la série Madame, Monsieur, ça me permet d’être au contact des autres acteurs africains et surtout d’apprendre des autres productions.

Et votre chaîne préférée ?

Chaque chaine est ma préférée au moment où je la regarde (rire). J’ai plus des programmes préférés plutôt que des chaines préférées.

Entretien avec Y.M.T. et Y.N.

Articles Similaires

2 Comments

  • Franck Kemayou , 16 mai 2022 @ 15 h 34 min

    Belle interview ! Une Mumu très professionnelle. Bon vent à elle!

  • Claudia , 19 mai 2022 @ 17 h 27 min

    Waouh j’ai pris du plaisir à lire cette interview

Comments are closed.