Médiatude

René Sadi demande avec force à Equinoxe Tv l’arrêt de certaines productions sur ses antennes

René Sadi demande avec force à Equinoxe Tv l’arrêt de certaines productions sur ses antennes

Le ministre de de la communication a réagi ce jeudi 12 novembre à l’affaire Stéphanie Djomo, et adresse une mise en demeure à la chaine de Sévérin Tchounkeu.

C’est un nouveau rebondissement dans l’affaire Stéphanie Djomo, du nom de la dame accusée d’avoir menti dans l’émission « Paroles de Femmes » du 3 novembre. On se souvient que dans cette émission, Esther Mael, avait donné la parole à dame Stéphanie, présentée comme la mère de jumelles décédées en forêt lors du voyage périlleux de la guerre dans le NOSO. Son témoignage, abondamment partagé sur la toile avait alors ému les téléspectateurs et internautes.

Le Mincom affirme que la chaine a diffusé « de faux témoignage, à la fois pathétiques et émouvant, de concitoyens se présentant mensongèrement comme des victimes de la situation de crise qui prévaut dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest »

Le Mincom soutient que « La nommée Djomo Yepmo Victoire Stéphanie aura fait « montre d’imagination théâtrale, en livrant un récit complétement fictif ». Réné Sadi qualifie cela de « mise en scène ubuesque ».

« Des investigations menées par des services spécialisée, dans le cadre de l’audition de dame Djomo Yepmo interpelée le 8 novembre 2020, attestent que sans le moindre doute qu’il s’agit purement et simplement d’une manœuvre d’instrumentalisation de l’opinion nationale et internationale.» affirme le ministre de la communication.

Pour terminer son communiqué, il met en garde la chaine bleue de Douala. « Au regard de ce qui précède, je vous demande instamment, de mettre un terme à la production itérative des émissions dont les contenues, de façons récurrentes sont en violation flagrante des dispositions pertinentes de la loi N° 2015/007 du 20 avril 2015, régissant l’activité audiovisuelle au Cameroun, ainsi que des dispositions législatives et réglementaires en vigueur.»

Le 10 novembre, la chaine réagissait aux premières accusations.

Dans un communiqué, Equinoxe affirmait avoir respecté les règles d’éthique et déontologie. « Suite à la polémique suscitée lors de l’émission « Paroles de Femmes » diffusées en direct le mardi 3 novembre 2020 et au cours de laquelle Madame Stéphanie DJOMO a fait un témoignage sur son vécu dans le cadre de la crise anglophone, ÉQUINOXE TÉLÉVISION précise qu’il n’y a eu aucun manquement sur le plan éthique et déontologique quant à la production et la réalisation de cette émission. » Faisait savoir la chaine dans un communiqué ce 10 novembre.

Ce 10 novembre également, la chaine a proposé une enquête, donnant la parole aux enfants de Stéphanie Djomo qui confirmaient au micro de la chaîne, que leur maman a perdu ses deux enfants au début de la crise anglophone, a pu constater Médiatude dans ce reportage diffusé au 20 h de Cédrick Noufele.

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *