Médiatude

Élections du 9 février : Réné Sadi accuse les médias internationaux de « mauvaise foi »

Élections du 9 février : Réné Sadi accuse les médias internationaux de « mauvaise foi »

Au Forum de la jeunesse organisée par le gouvernement au palais polyvalent des sports de Yaoundé le 11 février 2020, le ministre de la communication, René Sadi a exprimé son mécontentement à l’endroit de certains médias internationaux qui selon lui, exposent sur la place publique, les incidents qui ont émaillé le double scrutin du 9 février dernier. 

En effet, depuis le lancement de la campagne électorale le 25 janvier 2020, les médias internationaux ont commis des reportages sur l’organisation, le déroulement, ainsi que les incidents ayant émaillé le double scrutin du 9 février, tout en mettant en épigraphe, le faible taux de participation des populations auxdites consultions électorales. Des articles critiques qui n’ont pas laissé indifférent, le porte-parole du gouvernement.

« La participation massive des électeurs et la bonne organisation de ces élections avec le déploiement des partis politiques, sont un gage s’il en fallait encore un, pour illustrer la maturité de la démocratie camerounaise. C’est au demeurant, le lieu de rappeler à certains médias internationaux qui, avant même l’issue du scrutin, ont délibérément choisi de discréditer le déroulement de ces élections. C’est le lieu de leur rappeler qu’au-delà de la mauvaise foi manifeste, au-delà des tentatives d’instrumentalisation, et de manipulation de l’opinion dont ils font preuve, rien ne pourra occulter la réalité des faits, et la sincérité des opérations de vote qui, nous l’affirmons haut et fort, se sont déroulées dans l’ordre et la transparence sous les yeux de plus de centaine d’observateurs nationaux et internationaux » s’est offusqué René Sadi.

Soulignons qu’outre les médias internationaux, plusieurs ONG, à l’instar de Transparency international Cameroun et même la conférence épiscopale nationale du Cameroun ont relevé aussi dans leur rapport respectif, le faible taux de participation et des incidents qui ont jalonné les élections du 9 février dernier.

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *