Médiatude

Stéphanie Djomo libérée, après un séjour à la prison centrale de Douala

Stéphanie Djomo libérée, après un séjour à la prison centrale de Douala

Accusée d’avoir menti sur Equinoxe TV elle a recouvré la liberté dans la soirée du mercredi 18 novembre 2020, a annoncé l’ONG Mandela Center International, MCI. Vers une nouvelle victoire pour Equinoxe TV ?

Stéphanie Djomo est libre, apprend Médiatude. Asthmatique et âgée de 42 ans elle a récemment été écrouée à la prison centrale de Douala New-Bell suite à un procès intenté contre elle par le gouvernement Camerounais qui lui reproche d’avoir fait un faux témoignage sur son vécu en zone anglophone dans le cadre de l’émission « parole de femmes » sur Équinoxe TV. Elle avait été interpellée le 8 novembre 2020 et placée sous mandat de dépôt le 11 novembre 2020.

Stéphanie Djomo a été relaxée après sa convocation ce mercredi 18 novembre 2020 au Cabinet du juge d’instruction, « pour son audition à fond dans le cadre de cette procédure judiciaire pénale ouverte contre elle au tribunal militaire de Douala », précisait MCI dans une note d’information publiée dans la matinée du mercredi intitulée : « Cameroun : affaire Stephanie Djomo : le gouvernement en quête d’une sortie honorable ! ». L’ONG dénonçait l’arrestation et la détention provisoire de la prévenue, et exigeait sa libération immédiate.

L’ONG Mandela Center International qui confirme la libération de cette dame critique par ailleurs l’interférence du ministre de la Communication, René Emmanuel Sadi, dans cette procédure judiciaire, après que le porte-parole du gouvernement. Le 13 novembre 2020 Réné Sadi affirmait que la chaine Equinoxe TV a diffusé « de faux témoignage, à la fois pathétiques et émouvant, de concitoyens se présentant mensongèrement comme des victimes de la situation de crise qui prévaut dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest ». Le Mincom soutenait que « La nommée Djomo Yepmo Victoire Stéphanie aura fait « montre d’imagination théâtrale, en livrant un récit complétement fictif ». Réné Sadi qualifiait cela de « mise en scène ubuesque ».

Vers une nouvelle victoire pour Equinoxe TV ?

La chaine de Sévérin Tchounkeu a même reçu une mise en demeure du MINCOM dans cette affaire. En réponse à cette mise en demeure, la chaine qui a répondu au MINCOM s’étonne sur tout d’être accusée d’inobservance des « prolégomènes » du métier de journaliste, de la déontologie et de l’éthique professionnelle. « Sur le supposés manquement aux règles éthiques et déontologiques, nous nous inscrivons en faux contre ces assertions. Pour preuves, Equinoxe TV est à ce jour un des rares médias si ce n’est le seul organe de presse au Cameroun à n’avoir jamais reçu le moindre avertissement de l’organe de régulation qu’est le CNC. » écrit Sévérin Tchounkeu. Comme il a été le cas avec l’affaire Ngarbuh ou Samuel Wazizi la chaine a à chaque fois été interpellé, mais a fini par être blanchie. Dans son communiqué, Severin Tchoukeu reste convaincu que cette fois il en sera de même.

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *