Médiatude

Aide à la presse : Le Cameroun à la traîne

Aide à la presse : Le Cameroun à la traîne

50 millions d’euros soit 33 milliards de FCFA, c’est le montant alloué par la France à l’aide public pour la presse privée communiqué par le ministère français de la Culture pour l’exercice 2019. Des chiffres rendus publiques ce 06 mars 2020, qui contrastent avec ceux du continent africain en général et du Cameroun en particulier.

L’aide publique à la presse au Cameroun, est devenu un véritable casse-tête tant pour le gouvernement qui l’octroie que pour les responsables des médias qui en sont les principaux bénéficiaires. Lors du dernier exercice, environ 150 organes de médias ont souscrits à cette manne, élevée alors à 250 millions de francs CFA. Un chiffre critiqué par les récipiendaires qui le qualifient « d’insignifiant ». Dans une publication son compte facebook, Martin Camus Mimb, fondateur de la Radio Sport Info (RSI) s’insurge : « quel est ce pays, où l’aide à la communication privée en plus d’être épisodique est terriblement chétive? » Comme lui, les responsables de médias, s’appuient certainement sur les chiffres venus de d’autres pays.

En Côte d’Ivoire par exemple, l’aide à la presse privée plafonne à environ 800 millions de FCFA pour près de 110 médias. Un montant donné suivant la régularité, la qualité des contenus, le personnel. Au Sénégal, l’aide à la presse elle est de 700 millions de FCFA, et concerne jusqu’aux blogs et médias sur le web. Si le pays des Lions de la Téranga semble avoir pris une belle avance, le Gabon détient la palme d’or. Le pays plafonne à deux milliards de FCFA d’aide à la presse pour près de 80 médias. Le Tchad a le pire taux cependant avec 150 millions de FCFA consacré à l’aide aux médias, même si ça ne concerne qu’une quarantaine de médias. Pour ce qui est de la France, la seule enveloppe attribuée aux journaux Libération (10 millions d’euros) et le Figaro (18 millions d’euros) englobent celle du Cameroun, du Tchad et du Sénégal réunis.

À l’analyse donc, le Cameroun présente le chiffre l’un des chiffres les plus bas en terme d’aide à la presse, mais présente en même temps le chiffre le plus important au guichet souscripteur ou bénéficiaire. De quoi peut être solliciter de la part du gouvernement et le mieux être du domaine en dépendrait certainement.

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *