Médiatude

Des journalistes mécontents de la sortie de Maurice Kamto au sujet de Canal 2 International

Des journalistes mécontents de la sortie de Maurice Kamto au sujet de Canal 2 International

Alors qu’il rencontrait la presse internationale en prélude à un meeting qu’il tiendra à Paris le 1er février, le président national du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun s’est permis de faire un commentaire sur le traitement de l’information par la chaîne verte. Ce qui n’a pas forcément plu à quelques journalistes.

C’était la première fois que Maurice Kamto se présentait face à la presse, depuis l’annonce du boycott des élections législatives et municipales du 09 février prochain par son parti. Présent à Paris pour un meeting qu’il annonce grandiose le 1er février prochain, le candidat malheureux à la dernière élection présidentielle a renoué avec cette action. Durant l’échange avec les journalistes, il est revenu sur les raisons du boycott et sur son plan de résistance. L’attention est toutefois restée, sur l’échange un peu tendu entre l’homme politique et Éric Golf Kouatchou,  correspondant de Canal 2 International en France.

Les événements

Présent dans la salle comme de nombreux autres journalistes, Éric Golf Kouatchou demande et  obtient la parole, avant de poser au professeur Maurice Kamto, une question sur la présence des activistes de la BAS (Brigade anti-sardinards) à ses côtés et les relations entre son parti et cette organisation  qualifiée « d’extrémiste » par les pouvoirs publics de Yaoundé. La réponse de l’enseignant de droit est cinglante, allant jusqu’à s’attaquer verbalement à la chaîne de télévision située à Douala, et notamment, à son traitement de l’information au sujet des manifestations du 26 octobre 2019 et bien d’autre. Il accuse entre autres la chaîne de « ne s’être jamais indigné des camerounais qui ont été torturé ». « Je n’ai jamais entendu canal 2 dire et condamner pourquoi on a fait naître la crise anglophone. » a t-il rajouté.

La réaction des autres journalistes

Cette sortie de Maurice Kamto n’a pas manqué de faire parler sur la scène médiatique camerounaise. Denis Nkwebo, président du syndicat national des journalistes du Cameroun (SNJC) s’est indigné de cette réaction en notant que: « Quand Maurice Kamto sera président, tous les journalistes qui ne sont pas acquis à sa cause iront en prison. Exemple pris de son coup de colère contre un collègue de Canal 2 ». Cette réaction est partagée par Narcisse Oum, journaliste reporter d’image à Sikka Tv qui précise que « enfin le masque commence par tomber. Dictature +++ si je suis président ».

Brand Kamga , journaliste à Canal 2 International a lui ouvertement critiqué l’attitude du professeur Kamto « je ne suis pas d’accord avec cette attitude du MRC qui dénigre tout ce que nous avons fait pour le MRC particulièrement. Je me sens particulièrement touché que je ne veux pas revenir sur les humiliations, les insultes, sacrifices parce que je rendais compte des événements de votre parti ». Il a également demandé des excuses de la part de l’universitaire, à l’ensemble de l’équipe de Canal 2 international.


Articles Similaires

5 Comments

  • GUETCHOU FRANCK , 2 février 2020 @ 8 h 04 min

    Lorsque vous faites ce genre de publications, vous prenez les lecteurs pour des imboucs? premierement j’ai compris votre position lorsque vous avez dit  » candidat malheureux » , une position ésolante parceque vous vous devez d’etre neutre. en plus dans votre fourberie, que Maurice Kamto reproche à Canal 2 de n’avoir pas condamné la naissance de lacrise, est ce une position qui appartien à un parti politique? les deux parties MRC et RDPC devrait condamné cette action de Canal 2. finalement cous vous entendez meme? donc pour vous mediatude, c’est normale que tout ces exactions soient rencontrées? on cherche à detruire cette crise et vous voulez nous faire croire que le parti au pouvoir doit cautionner celà, pire encore vousvoulez nous faire croire dire ce qu’il a dit c’est tres dictateur? en quoi y a t’il un dictature? es ce une pensée unique de son parti. ou est pasé la norme dans vos tete? c’est decevant avec des journalistes qui osent dire qu’il et dictateur? vous allez voyager , et aller dans le nord ouest et etre tué. en ce moment, nous verons le sens de la dictature dont on parle. prenez ca comme une prophetie

  • Evina Ngana , 2 février 2020 @ 10 h 56 min

    Ces journalistes corrompus avec des indignations sélectives

  • Bero , 2 février 2020 @ 16 h 05 min

    Bon après midi..! Simple question Mr Franck, pourquoi quand une personne n’a pas le même raisonnement que vous au MRC du cette personne devient imbouc? Cest désolent en tout cas.

  • Difor Maurice Christobel , 2 février 2020 @ 16 h 47 min

    L’universitaire donne l’impression qu’en partant de la crise dans les régions du NOSO, il aime mieux le Cameroun que quiconque. Il est doué dans l’art de se prendre pour le faire valoir vivre tout entier.
    Quelle action a-t-il mené depuis, combien de meetings dans ces régions ? Surtout qu’en Afghanistan, et partout en zone de crises,les leaders font des gestes.
    Il a opté la voix des meetings éloignés des zones de crises, comme un médecin qui prétend assister les malades sans se rendre à leurs chevets. Qu’il respecte le choix des autres.
    Dans ses débuts,il manifeste déjà l’esprit ségrégationniste et discriminatoire pour certains organes de presse, c’est maladroit pour quelqu’un qui voudrait un changement profond.(Doute).
    La politique des pasteurs des églises du réveil qui organisent des grands spectacles pour multiplier les ILLUSIONS PERCUTANTES (promettre paradis), et à la fin, les aveugles,infirmes … continuent.
    Un peu de calme. Vous vous mettez hors de vous comme vulgaire émotif

  • Marcel Efoudebe , 3 février 2020 @ 15 h 39 min

    Il suffirait à Canal 2 de montrer les images de reportages, documentaires, émissions, etc. qui prouvent que Maurice Kamto à tort. Aussi simple que ça. Faire allusion au comportement ridicule de Issa Tchiroma, c’est faire de l’amalgame.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *