Médiatude

David Eboutou : « A Équinoxe je compte être une plus-value parmi les brillants esprits qui y sont déjà »

David Eboutou : « A Équinoxe je compte être une plus-value parmi les brillants esprits qui y sont déjà »

L’analyste politique qui a rejoint le groupe la Nouvelle Expression comme consultant revient sur ses débuts à Equinoxe Radio depuis le 2 septembre, et sur les perspectives avec ce groupe dans lequel l’aventure se poursuivra en télé également. Ancien consultant à Afrique Média et Vision 4 (une chaîne qu’il refuse désormais de citer), David Eboutou revient dans cet entretien avec Médiatude, sur ses débuts dans les médias en tant que Consultant. Tout part de  2009 en radio dit-il. Découvrez qui est l’homme. Entretien

Et si vous nous parliez un peu de vous David Eboutou. D’où naît votre combat ?

 David Eboutou est un jeune camerounais originaire du Sud Cameroun, notamment aux encablures de la Frontière Gabon-Cameroun. Fang et Bulu, je suis issu d’une grande famille de par le nombre et je suis père de trois enfants. Je me définis souvent comme un intellectuel de gauche à sensibilité panafricaniste. Depuis 2009, je me suis retrouvé dans les milieux des médias davantage comme consultant pour y apporter une certaine expertise dans les domaines où j’étais sollicité. J’ai donc commencé à Magic FM, une radio basée à Yaoundé et par la suite je me suis retrouvé chroniqueur dans certains médias de la place à l’instar d’intégration ou même du quotidien Émergence. Je me suis ensuite retrouvé sur Afrique Média Télévision toujours comme consultant mais surtout parce que ce média rencontrait dans sa ligne idéologique de départ rencontrait mes postulats idéologiques et intellectuels. Après une belle expérience passée sur Afrique Média, je me suis retrouvé dans une autre petite télévision de Yaoundé que je ne connaissais d’ailleurs pas et, c’est ce média dont je n’aime pas citer le nom qui m’a créé toutes sortes de problèmes en tête duquel son promoteur. Je suis profondément chrétien. Je le tien de mes grands parents qui étaient des hommes d’église. D’ailleurs moi même j’aurais pu faire carrière comme serviteur à temps plein de Dieu mais le destin en a décidé autrement. C’est d’ailleurs cette vocation ratée que je rattrape à chacun de mes passages dans les médias car, je me dis toujours que c’est là une occasion de prêcher la bonne nouvelle, de diffuser le message de vérité et d’espérance. Ceux qui me fréquentent au quotidien savent que ma principale source résiliente c’est la foi en Dieu. C’est elle qui m’aura permis de tenir et de résister face à cette grosse injustice qui m’aura arraché arbitrairement 30 mois de ma vie, ourdi par des forces occultes qui rendront compte tôt ou tard de la façon la plus dramatique qui soit. Je suis un oint de Dieu. Ceux qui m’ont touché injustement en payeront le prix. C’est une sentence  péremptoire déjà décidée par mes ancêtres. Je n’en doute pas un seul instant. Mon combat pour l’éveil citoyen à travers mon engagement contre l’injustice vient d’ailleurs de là. De cette extraordinaire épreuve de la prison extrêmement douloureuse que quelques uns m’ont imposée parce qu’ils avaient les moyens de leur politique. Comme le peuple Juif détenu durant de nombreuses années en captivité chez Pharaon en Égypte, et qui sera libéré après une traversée magique de la mer rouge ou Dieu avait pris soin d’engloutir leurs bourreaux, je crois fermement que ma voie est tracée par le Dieu d’Israël que je confesse et qui, tous les jours trace les sentiers sur lesquels je  marche. Je suis de la race d’homme qui ne doute point quand il faut mener de bonnes actions,  quand il faut travailler à contribuer à l’idéal de rêve escompté par tout un peuple. Je suis David qui ne craint pas Goliath sur sa route, car celui qui est en moi est plus fort que celui en qui ces satanistes vénèrent. Aujourd’hui, après mon passage aux feux, je suis comme de l’or affiné. Je coûte extrêmement cher et mon travail également. Je n’ai pas de temps pour l’amusement car j’ai le devoir de contribuer au rehaussement de ce pays à travers la construction d’une véritable justice qui régule nos passions et nos pulsions incontrôlées. J’ai deux livres déjà bouclés qui attendent le moment venu pour être publiés. Les camerounais ne perdent rien à attendre. Outre cela, je dispense des enseignements dans un institut supérieur de la place tout en me consacrant à mes nombreuses activités qui sont liées à la défense des plus faibles, d’où ma nouvelle casquette de militant des droits de l’homme. Je rends d’ailleurs grâce à Dieu de m’avoir utilisé à travers les médias aussi bien classiques que digitaux afin que je sois le trait d’union qui a pu redonner du sourire à plusieurs familles éplorées. Depuis ma sortie de prison, j’en suis à 13 personnes qui ont pu regagner la liberté grâce à nos actions et ce n’est pas fini. Il y’en a que nous menons sans tambours battants avec des voies d’inter médiations mises sur pieds. Par ces voies crédibles qui nous accompagnent dans cet élan de cœur et d’empathie, je voudrais sincèrement remercier Maître Dominique Fousse du fond du cœur elle et son collectif d’avocats qui n’ont jamais cessé de me tendre la main à chaque fois que j’ai eu à les solliciter pour un cas précis. Je ne saurais oublier ma grande sœur Maître Marthe Zintchem, brillante avocate, femme pleine d’empathie qui s’est toujours montrée disponible pour des cas ou j’ai eu besoin de son apport juridique. Toutes ces actions il faut le préciser ont toujours été menées à titre bénévole. Ma prière est que Dieu se souvienne toujours d’eux. Pour me résumer et répondre en un mot comme en mille à votre question, je dirai que les voies de Dieu sont insondables et Tout ce que Dieu fait est bon. Des hommes de Dieu venus me voir à ma sortie de cette prison injuste qu’on m’a imposé m’ont dit ceci : » David ! Tu as vaincu Goliath! Dieu a voulu te faire passer par la prison pour te  passer un message. A toi de le saisir « . Ce message, je crois l’avoir saisi. Ma prière est que Dieu continu de nous soutenir dans cette voie.

Quel est l’idéal de David Eboutou ?

Je me bats aujourd’hui pour une justice juste. Une justice crédible. Une justice qui doit se détacher des sentiers du trafic d’influence, des réseaux, des consignes, de la corruption et des règlements de compte. La justice pour un pays comme le nôtre est semblable à ce que représente la veine pour l’organisme humain. Sans veines, le sang n’a pas de véhicule pour mieux circuler dans l’organisme. Sans justice c’est le règne animal qui s’établit. Ce sera la loi du plus fort ou se développera une vaste industrie du mal avec des satanistes et autres hommes de pouvoir et d’argent qui dicteront leurs lois aux plus faibles jusqu’à ce que les plus faibles se révoltent et bienvenue le chaos. Nous parlons d’émergence à l’horizon 2035 dans notre pays mais de quelle émergence sera t-il question si les investisseurs ont peur de notre pays gangrené par une corruption rampante ? Quand Amnesty International classe la justice parmi les principaux corps les plus corrompus au Cameroun ce n’est pas pour encourager les partenaires et potentiels investisseurs qui veulent être rassurés que leurs investissements seront sécurisés au Cameroun. Nous devons tous travailler à réformer notre justice qui n’est pas celle que nous aspirons aujourd’hui. La surpopulation carcérale en donne le baromètre en termes d’indicateur .Nos magistrats doivent être les premiers dans ce vaste chantier de leur secteur à en prendre conscience. J’ai depuis ma sortie adressé une correspondance au Président de la République, Chef supérieur de la magistrature suprême. J’espère qu’un jour, mes propositions qui y sont contenues seront prises en considération.

Est-ce cet idéal que vous défendrez désormais sur Équinoxe ?

 C’est un peu de tout ça. Je suis d’abord un analyste politique outillé aussi bien sur les questions de Relations Internationales que de politique nationale. Je me sens particulièrement à l’aise dans ces domaines et c’est fort de ces aptitudes et de mon expérience que j’apporterai désormais ma pierre à la contribution de la renommée déjà extrêmement grande du groupe Équinoxe qui comporte quand même la chaine de télévision la plus suivie en ce moment au Cameroun et dans la Sous région. Je compte simplement être une plus value parmi les brillants esprits qui sont déjà dans ce groupe.

En quoi consistera exactement sa mission ?

 Je suis consultant pour l’ensemble du groupe. Pour le moment, j’ai débuté par des chroniques en radio, sur la matinale qui passe de lundi à vendredi après le journal. Le retour est plutôt satisfaisant après quelques sorties seulement. Bientôt, ce sera autour de la télévision et de la presse écrite, la Nouvelle Expression que je vais me déployer. Il suffit d’attendre juste un peu et vous verrez de vos propres yeux le déploiement que j’y ferai.

Est-vous prêt à rebondir comme présentateur vedette ?

Non. Je n’aspire pas à ce genre de fonction. Je suis un Analyste politique et un chroniqueur qui pratique de l’éveil citoyen et qui se plait désormais dans le militantisme humanitaire. Le reste ne m’intéresse pas et si les discussions que j’ai eu avec le groupe Équinoxe n’étaient pas allés dans le sens sus-évoqué, nous n’aurions certainement pas eu un terrain d’entente.

© Entretien avec Y. N., Médiatude

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *