Actualités

Deux ans après, Raoul Christophe Bia « regrette » son reportage à charge contre Emilienne Mvogo

Dans une lettre chargée de remords, le journaliste présente des excuses à la patronne du centre régional des impôts pour le centre, ainsi qu’à son époux Aimé Robert Bihina, pour un reportage controversé qu’il avait réalisé pour le compte de Vision 4.

En 2022, Jean Pierre Amougou Belinga accusait, notamment Emilienne Mvogo et d’autres inspecteurs d’impôts, d’avoir essayé de lui extorquer la somme de « 500 millions FCFA », afin qu’il contourne sa dette fiscale auprès de la Direction générale des Impôts, qui lui réclamait à cette époque-là, plusieurs milliards FCFA. Raoul Christophe Bia avait été désigné par sa chaîne Vision 4 pour laver l’image de son patron.Le journaliste avait alors commis un « grand reportage » diffusé au 20H de Vision 4, en mai 2022. Un reportage intitulé : « Emilienne Mvogo : La femme fatale », qui avait fait polémique, dans lequel il présentait Emilienne Mvogo comme la pécheresse de « Marie de Magdala » ou encore « Marie Madeleine » dans la Bible, avec un ton grossier et même injurieux. Des actes qu’il dit regretter, dans un mea culpa, ce 1er avril 2024.

« Je tiens à exprimer mes plus profonds regrets pour ces actes. Ça aurait été facile pour moi de fuire cette responsabilité en rejetant la faute sur ma hiérarchie de l’époque en disant ‘je n’ai fait qu’obéir aux ordres’. Mais cela serait une lâcheté pour un Camerounais, quand on sait que dans l’ADN des habitants ‘du continent’, ils assument toujours leurs actes, et surtout cela ne m’aurait pas servi de leçon. En commentant cette actualité à l’époque, j’ai choisi en toute lucidité le lexique et les formulations grammaticales utilisées dans ce billet. Ces mots ont été les miens et n’ont fait l’objet d’aucune influence, et aujourd’hui, je les regrette sincèrement », confie le journaliste dans sa lettre rendue publique sur les réseaux sociaux ce 01er avril.

« Je suis pleinement conscient que mes décisions éditoriales ont manqué de déontologie et d’éthique. L’article concernant votre famille est le regret le plus marquant de ma carrière, et je vous présente mes excuses les plus sincères pour la peine engendrée. Bien que je ne vive plus au Cameroun, je ressens le devoir de vous adresser ces excuses, car l’impact de mes actions, je ne le souhaite à personne. J’espère que vous accepterez cette démarche comme un signe authentique de réconciliation, en gardant à l’esprit que ‘l’aveu d’une faute est déjà un pardon demandé’ », poursuit Raoul Christophe Bia.

Et de s’engager « à honorer les principes de notre profession et à agir avec intégrité dans toutes mes contributions futures. À vous, Madame Émilienne Mvogo, à mon mentor Monsieur Aimé Robert Bihina, à Monsieur Mopa, ancien directeur des impôts, et à tous ceux que j’ai offensés, je vous prie de croire en la sincérité de mes regrets ».

Selon des indiscrétions, le journaliste camerounais installé en Côte d’Ivoire, qui a indiqué le 31 mars 2024, sur Canal 2 international, avoir quitté le « Cameroun pour sa santé spirituelle », se serait mis en tête de réparer ses erreurs. Il envisagerait désormais de faire d’autre mea culpa, pour d’autres personnalités qu’il a écorchées dans ses reportages du temps où il était en service à Vision 4.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page