Médiatude

Le SDF est le 3ème parti politique le plus présent sur les plateaux TV majeurs, derrière le MRC et RDPC

Par Y.N.
Le SDF est le 3ème parti politique le plus présent sur les plateaux TV majeurs, derrière le MRC et RDPC

C’est le principal enseignement du monitoring des parts des voix des partis politiques sur les chaines de télé, réalisé du 16 septembre au 16 octobre 2022 par Médiatude et son consultant Sob. Amyn Fouejeu.

Les pointages sont effectués dans les différentes émissions d’interview et de débat des principales chaines de télé.

Équinoxe TV, le duel RDPC-MRC se resserre

Contrairement aux pointages du 15 aout au 15 septembre, le RDPC est en net recul, même si le parti au pouvoir reste en tête des présences sur Equinoxe TV (Dans Equinoxe soir et Droit de Réponse), qui a consacré 66% de son espace aux partis politiques soit un léger recul de 4 points par rapport à la dernière statistique. Il quitte cependant de 28 invités sur un mois à seulement 18, soit désormais 30,16% des passages au lieu de 32,94 comme le mois précédent. Il est talonné toujours par le MRC qui recule lui aussi à 28% des parts contre 29 au dernier exercice. Avec aussi une réduction de ses représentants de 25 à 18 sur les différents plateaux de la chaîne. Le SDF se classe comme le mois dernier avec 7 passages, au même titre que Jouvence, qui en garde 5 comme précédemment. Le PCRN reste lui moins présent avec 2 passages, tout comme l’ANDP. Avec un seul passage, le CRAC, le MPCN, l’UPC et la Dynamique Citoyenne (qui fait son entrée dans ce classement ) demeurent sous représentés

CRTV, le RDPC à la soviétique, percée du PURS

La chaîne nationale a accordé 99% d’espace aux dirigeants (militants du RDPC) contre un seul pour-cent pour le PURS de Serge Espoir Matomba ( Opposition).

STV, équilibre des forces entre le MRC et le SDF, le RDPC capitaine

STV fait son entrée dans ce tableau d’analyse statistique ce mois. La chaîne avec ses émissions 7Hebdo, Face à l’actu et Cartes sur table est l’une des plus suivies, mais aussi des plus équilibrés. Elle enregistre un taux de passage de 61% pour les partis politiques. Le RDPC avec six passages est en tête avec 31%, contre 21% respectivement pour le MRC et le SDF qui arrive en seconde position avec quatre passages. Le PCRN lui suit avec deux passages, alors que APAR, l’AFP, et le MCI ferment la queue.

Canal 2 International, le RDPC hégémonique

Pour ce mois, les partis politiques ont pris 28% (contre 34% précédemment) d’intervention sur les plateaux de Canal 2 International, contre 50% (en augmentant par rapport aux récents 47%) pour la société civile et 20% (en nette évolution de quatre points) pour les hommes de médias. Le RDPC comme le mois précédent reste leader incontestable sur la chaîne verte avec 48%, soit 12 passages contre 41,67% et 15 passages au dernier exercice. Le MRC lui est second une fois de plus, avec un léger recul, soit 4 passages contre 5 précédemment, ce qui représente 16%. Le SDF troisième avec deux passages, précède l’ANDP, le PCRN, l’AFP et le REFORM PARTY.

Vision 4, le RDPC et l’UPC se tutoient

Le monitoring montre une part d’expression des partis politiques sur Vision 4 de 33% contre 57% le mois dernier. La chaîne a misé davantage sur la société civile, qui est intervenu sur ses plateaux à hauteur de 63% dans le cadre de Club d’élites et de Décryptage. Ceci situe sur un mois le RDPC en tête avec trois passages, soit une baisse de 3 passages, suivi de l’UPC qui en compte deux, au lieu de quatre précédemment. APAR, l’AFP, l’UDC et UNIVERS avec un seul passage ferment la queue alors que le PAL, le PCRN et l’OFFRE ORANGE en sortent.

Pourquoi ce monitoring ?

« L’article  n°15 de la loi 90/056 du 19 décembre 1990 portant sur la création des partis politiques et l’article n° 41 de la loi 90/052 du 19 décembre 1990 sur la liberté de communication, mais aussi la rencontre entre le président du Conseil National de la Communication en 2022 avec les acteurs des médias, ont inspiré ce travail qui permettra d’ouvrir un débat public sur la réglementation de la communication des partis politiques énoncé dans la constitution de 1990, mais qui demeure jusqu’à nos jours un mystère, un vide préjudiciable à la liberté d’expression et la démocratie » expliquent Médiatude et son consultant Sob. Amyn Fouejeu.

« Nous rassurons le public que les opérations de monitoring se feront progressivement sur l’ensemble des chaines de télé et radio », rajoutent-ils.

Articles Similaires