Médiatude

Pour avoir donné la parole à Calibri Calibro, Alain Foka est taxé par le gouvernement d’être au service de Maurice Kamto

Pour avoir donné la parole à Calibri Calibro, Alain Foka est taxé par le gouvernement d’être au service de Maurice Kamto

Après avoir donné la parole à Calibri ce 10 mai et pour avoir une certaine « proximité sociologique » avec Maurice Kamto, Alain Foka, le journaliste de Rfi est chargé par le ministre de la Communication par la voix de son Directeur de l’Observatoire des Médias.

Dimanche 10 mai, Alain Foka, journaliste franco-camerounais organisait un débat sur les lanceurs d’alerte et activistes africains dont la cause de leur combat est « Transparence, accès aux soins, liberté d’expression, droits de l’homme… », donnant ainsi la parole à Calibri Calibro. L’activiste camerounais leader au sein de la BAS de France,  a récemment interpellé Emmanuel Macron au salon de l’agriculture le 22 février 2020 pour critiquer la gestion du Cameroun. Ce que ne tolère pas le ministère de la communication qui l’a fait savoir à la chaîne française via un courrier transmis au Directeur Afrique de Rfi, Christophe Boisbouvier.

« Le Ministre de la Communication du Cameroun, me charge par la présente, de prendre langue avec vous, pour : m’assurer que vous avez suivi l’émission ‘Le Débat Africain’, animé par M. Alain FOKA, édition de ce 10 mai 2020. » fait savoir Atangana Manda dans sa lettre, fortement relayée sur la toile.

Critiqué pour avoir une certaine « proximité sociologique » avec Maurice Kamto

Dans sa lettre à RFI, le Directeur de l’Observatoire des Médias et de l’Opinion Publique au MINCOM relève les origines du journaliste. « Depuis quelques semaines, les émissions présentées par M. FOKA, camerounais d’origine, et dont l’approche et la proximité sociologique d’avec un acteur politique de l’opposition, méritent plus que jamais, un regard  attentif des responsables de RFI. » écrit-il.

Le MINCOM reproche au journaliste de Rfi d’avoir construit une émission pour « ‘magnifier’, ‘blanchir’, ‘anoblir’  l’activiste dévoyé et déséquilibré de ‘CALIBRI CALIBRO’, ABDOULAYE  Thiam,  de son vrai nom. »

Il fait savoir que le Ministre de la Communication du Cameroun souhaite rétablir la vérité sur les accusations faites par cet activiste… « Notamment, ses propos  relatifs aux  ‘tentatives d’actes de retournement ourdis par les autorités du Cameroun, pour qu’il se mette à leur service’, ou encore, à ‘ l’appartement à  lui proposé par le pouvoir camerounais’, et bien d’autres indications  dégradantes  pour l’Etat du Cameroun ».

Réaction de la presse

A côté de cette sortie de Charles Atangana Manda, de nombreux journaux réputés proches du gouvernement ont également critiqué en leur UNE ce 12 mai, l’émission d’Alain Foka. Des sorties qui ont provoqué de vives réactions dans la corporation à l’instar de Jean Bruno Tagne et Martin Camus Mimb. Médiatude vous propose un morceau choisi.

« Ce Foka là, est loin de ce que vous dites. S’il ya un seul journaliste politique au Cameroun, qui ne souhaite pas avoir une interview de Maurice Kamto… de faire parler les membres de la BAS…et qui est tout aussi disposé à faire parler tous les autres acteurs politiques, il est un mauvais journaliste. Je croyais même qu’on a toujours fait le reproche à Alain Foka, de ne pas suffisamment poser sur la table de débat de ses émissions, les questions politiques du Cameroun. D’où vient-il subitement qu’il est partisan d’un camp? » s’insurge Martin Camus Mimb, patron de RSI .

« Alain Foka, journaliste donne la parole dans un débat à l’activiste de la BAS Calibri Calibro. Et hop! il est désormais un membre influent et très actif de la BAS et du MRC ! » dit jean Bruno Tagne pour sa part.

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *