Médiatude

« L’appui institutionnel de l’Etat à la presse privée devrait être revue à la hausse » d’après Thierry Ndong

« L’appui institutionnel de l’Etat à la presse privée devrait être revue à la hausse » d’après Thierry Ndong

Dans une interview accordée au quotidien L’Economie le 10 juillet dernier, le directeur de publication du journal Intégration, revient sur les closes de répartition du montant de 250 millions de FCFA, et estime que l’enveloppe devrait être revue à la hausse. Thierry Ndong est par ailleurs représentant des éditeurs de presse d’expression française à la commission nationale d’examen des demandes de l’appui institutionnel de l’Etat aux médias à capitaux privés.

Le 07 juillet dernier, le ministère de la Communication rendait publique une liste de bénéficiaire de l’appui institutionnel de l’Etat à la presse à capitaux privés. Ainsi, une soixantaine de parution s’étaient vus octroyé des montants d’appui oscillant entre 1.500.000 et 3.500.000 Francs CFA. Ceci faisait suite à la tenue quelques jours plutôt, d’une réunion de la commission d’examen des demandes. Elle avait alors réunit le ministre de la Communication René Emmanuel Sadi et les représentants des éditeurs de presse, au rang desquels Thierry Ndong Owona, directeur de publication du journal Intégration.

Interviewé par le quotidien de L’économie, le journaliste est revenu sur les raisons des différences observées dans l’attribution  » La distribution s’est faite sur la base d’une grille d’évaluation. Elle avait des points qu’on distribuait à chaque dossier. Certains ont eu plus de points que d’autres. Voilà ce qui explique la différence des montants ». Il est aussi revenu sur l’enveloppe en elle-même, estimant qu’elle devrait être revalorisée : » 240 millions sont largement suffisants si nous comparons les pays qui ont à peu près les mêmes niveaux que nous, je pense à la Côte d’Ivoire. Là-bas, l’appui est donnée est milliards ».

Un avis qui n’est pas isolé. D’autres responsables de presse à l’instar d’Haman Mana du quotidien Le Jour, ont simplement décider de ne pas envoyer de dossier de demande en signe de protestation.

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *