Médiatude

Cédrick Noufele : « C’est un challenge exaltant de présenter le 20h sur la meilleure chaîne de télévision au Cameroun. »

Cédrick Noufele : « C’est un challenge exaltant de présenter le 20h sur la meilleure chaîne de télévision au Cameroun. »

Pour le lancement du site web de Médiatude, 1er journal en ligne camerounais essentiellement dédié à la vie des médias, nous sommes allés à la rencontre de quelques acteurs des médias. Notre Onzieme invité est Cédrick Noufele, présentateur du 20h sur Equinoxe TV. Dans cette interview, il partage son expérience sur cette plateforme lancée au départ en 2016 sur les réseaux sociaux. Il partage également son expérience avec le métier qu’ils pratiquent depuis plusieurs années.

Bonjour Cedrick Noufele, et merci de vous prêter au jeu !

Bonjour Mediatude

Médiatude, ca vous dit quelque chose ? (Sourire)

Mediatude je pense que c’est une plateforme d’information sur le monde des médias au Cameroun. Votre objectif est de donner les clés aux internautes afin de mieux connaître les mécanismes de fonctionnement, de  programmation et d’élaboration des contenus audiovisuels, presse écrite et presse cybernétique. Mediatude permet d’évaluer, dans une certaine mesure, la qualité des  contenus médiatiques, et elle éduque le public sur le fonctionnement des médias et valorise, à juste titre, ces acteurs et les télévisions, radios et presse écrite et presse cybernétique, quels qu’ils soient.

Comment et si possible quand, avez-vous connu Médiatude ?

J’ai connu la plateforme Médiatude sur Facebook. C’était en 2017 je pense.

 Les multiples publications et articles rédigés sur des journalistes et leur émission ont attiré mon attention. La qualité des contenus et le souci constant d’améliorer et étoffer ses publications sont très appréciables.  Il y’a un souci de ne pas se focaliser uniquement sur les télévisions et les radios les plus en vue mais ouvrir le champ à d’autres hommes et femmes des médias qui font, tous chacun à leur niveau, un travail remarquable d’information, d’éducation et de divertissement du public camerounais.

Pour certains observateurs, les médias camerounais tardent à décoller. Quel regard portez-vous sur cet univers tel que pratiqué de nos jours au Cameroun ?

La presse écrite est confrontée  à une difficulté constante liée au modèle complexe de développement des entreprises de presse, à l’insuffisance des facilités fiscales pour disposer des fonds nécessaires pour faire fonctionner des entreprises de presse,  la potion congrue du marché publicitaire et  le peu d’intérêt que des camerounais accordent à la lecture des journaux. Pour autant, de nouveaux titres sont nés ces 20 dernières années et des groupes de presse se sont formés. Dans l’audiovisuel, il y a une volonté réelle de structurer ces programmes pour respecter certains standards internationaux. Des producteurs indépendants proposent des contenus locaux attrayants et vendus à l’international et captivent une plus grande audience. Je ne partage pas le point de vue selon lequel la presse camerounaise tarde à décoller. Cela dépend des critères établis pour étayer une telle affirmation. Certes, elle a de nombreux défis et des difficultés structurelles qui sont connus. Malgré cet environnement « compliqué », L’émergence économique et le renforcement de la démocratie au Cameroun et en Afrique passe par une presse indépendante, professionnelle, et responsable qui joue son rôle de chien de garde de la société.  Équinoxe TV et radio, le groupe de media auquel j’appartiens a élaboré une stratégie de développement des contenus audiovisuels de haute qualité qui illustrent son souci permanent de combler les attentes d’un téléspectateur camerounais de plus en plus exigeant. D’autres essayent aussi tant bien que mal. 

Vous êtes le présentateur vedette du JT sur Equinoxe Tv, ca se passe bien ?

C’est un challenge exaltant de présenter le journal de 20h sur la meilleure chaîne de télévision au Cameroun. Entouré d’une équipe dynamique de journalistes et techniciens,

Je relève le défi d’obtenir des meilleurs pics d’audience durant ce grand rendez vous de télévision chaque soir. Pour mettre en avant la qualité des reportages et enquêtes diffusés au JT de 20h,  je fais recours à une aptitude particulière à captiver l’intérêt des téléspectateurs à travers une scénarisation et présentation des chapos (lancements) des reportages et autres relances que je rédige dans un style d’écriture soignée et imagée.  Tout ceci nécessite pour moi un travail très intense de préparation et une actualisation permanente de mes connaissances des sujets traités dans divers domaines de la vie publique nationale et internationale. 

Avez-vous un jour rêvé devenir présentateur  de JT ?

(Sourire) le journal de 20h est la vitrine la plus prestigieuse d’une chaine de télévision. Etant jeune reporter, présenter le journal était bien inscrit dans mes ambitions professionnelles. Au regard des performances de  mes illustres prédécesseurs Polycarpe Essomba, Sandrine Yamga, Mahop Sen, je me suis préparé et j’ai travaillé sans relâche pour améliorer encore mes compétences. Avant que je ne sois sélectionné pour présenter les journaux du weekend sur Équinoxe TV en 2013, je faisais déjà dans l’ombre des exercices de présentation des journaux et je m’inspirais de plusieurs présentateurs dans le monde. Mon travail de reporter et des castings en interne m’ont permis d’accéder à cette opportunité de présentation du JT de 20h en 2015. Sacré  meilleur présentateur de JT au Cameroun en 2017 et 2018,  ces premiers pas de réussite sont effectués grâce à l’encadrement de mon Patron Séverin Tchounkeu, et les observations et critiques de mes aînés dans la profession. Je dis merci à mon Patron et je remercie tous ceux qui ont voté et plébiscité mon travail sur Equinoxe TV. En toute modestie,  je travaille chaque jour encore plus pour concrétiser mon  rêve d’aller bien plus loin. Des ambitions plein la tête, je considère chaque jour comme une opportunité de faire ses preuves, d’améliorer ses compétences.

Un souvenir en particulier depuis que vous avez rejoint Equinoxe ?

Mon souvenir le plus important ce sont les prix de meilleur employé et promotion de grand reporter en  2016. Ce sont des primes d’encouragement du Pdg du groupe Equinoxe qui m’ont surpris et m’ont marqué positivement. En plus d’être toujours très exigent en terme de concentration et de professionnalisme, M. Severin Tchounkeu m’edifie chaque jour sur mon potentiel et à côté de lui Alain Foka m’a aussi plusieurs fois encouragé à développer mes compétences. Je suis engagé à  surpasser ces icônes du journalisme.

 Comment se sont fait vos débuts dans le métier ? Parlez-nous de votre parcours en quelques mots.

Juste après avoir été admis en tant que Vice major national BTS en journalisme en 2010 (les résultats sont publiés par ordre de mérite),  j’étais agréablement surpris que mon enseignant Omer Mbadi Otabela m’ait recommandé à celui qui devint l’un de mes mentors  Albert ledoux Yondjeu. Il m’a donné ma chance à travers un stage professionnelle en octobre 2010 au sein d’Equinoxe Radio.  Bien accueilli par le directeur d’exploitation de la chaîne et l’ensemble du personnel, et complètement intégré en 2011, je suis affecté sur le théâtre des faits de société, grogne sociale, et couverture des élections pour le compte de radio Equinoxe. Jai eu la primeur de vivre et raconter toutes les grognes du chantier naval, des enquêtes sur les détournement des frais d’ape dans les lycées, les incendies inexpliquées, la mauvaise exécution du bip,  la guerre des gangs dans les quartiers a douala, la lutte contre l’épidémie de cholera, le malaise social des jeunes partis en aventure en clandestinité. En plus de mes sujets de reportage qui font la une des journaux sur la radio Equinoxe, je débute toujours en 2011 une belle aventure à la télévision aux côtés de Serge Alain Otou (présentateur), Julie Ngue (chroniqueuse), Dallas tchana, Éric watat, Séverin Tchoubang et Maltida Kemazou (techniciens). Il s’agit de  L’émission <<Dimanche avec vous>> qui a révolutionné le paysage audiovisuel camerounais. C’est un programme qui met en exergue la succès story des personnalités camerounaises et africaines qui ont marqué leur époque et se distingue dans la société comme des modèles. Mon rôle était de peindre leur portrait en s’immisçant dans leurs jardins secrets et milieux professionnels pour révéler au public des pans de leur vie jusqu’ici méconnus ou ignorés du public. Chaque semaine, il  fallait convaincre ces personnalités publiques, issues de la haute classe, de lever un coin de voile sur leur vie privée et publique sans mirage. J’ai passé 4 ans à voyager dans le Cameroun profond et  réaliser plus de 200 grands reportages sur des personnalités au parcours exceptionnel en mettant en relief la vie ordinaire, la détermination, l’engagement, les combats, les échecs et les espérances et le modèle de réussite qu’elles ont suscité autour d’elles. Titulaire d’une licence en commerce et gestion, spécialité marketing, option communication-marketing en 2014 et passionné des enjeux de développement socio économique et industriel en Afrique et dans le monde,  je réalise des grands reportages et interviews exclusives lors des événements majeurs de l’actualité économique et politique au Cameroun et en Afrique tels que le sommet de l’Union africaine au Togo et les réunions du FMI a Washington. Mon travail, mon assiduité, mon sens de la discipline me permettent d’être sacré meilleur employé 2016 du groupe Equinoxe et promu Grand reporter. Depuis lors je poursuis mon ascension. Et sous la coordination du comité éditorial,  je relève le challenge de faire de l’émission Droit de Réponse le meilleur Débat politique du weekend au Cameroun auquel s’ajoute l’entretien télévisé  « La vérité en Face ».

Quelles valeurs vous accompagnent dans ce métier ?

J’ai intégré dans mon quotidien les droits et les obligations du journaliste énoncés dans la charte de Munich. Respect de la Vérité , penser en priorité à l’intérêt général des citoyens, équilibre dans la collecte et le traitement de l’information. À cela s’ajoute le sens de la responsabilité,  ma probité morale pour respecter la déontologie du métier en toute circonstance. La rigueur intellectuelle forge mon esprit de journaliste et l’humilité d’apprendre toujours auprès des aînés et confrères et collègues pour enrichir mes connaissances.

Quels sont vos modèles de réussite dans le métier ?

Mes modèles de réussite dans le journalisme sont Alain Foka, Éric Chinje, Richard Quest et Anderson Cooper de CNN.

Un jeune ou des jeunes que vous admirez ?

Je dirais plutôt que j’apprécie la qualité du travail de nombreux jeunes journalistes professionnels et déterminés à marquer la société en réalisant  la mission importante d’informer le public sur les réalités du Cameroun. Je ne pourrais tous les citer car ils sont nombreux et cela montre que la flamme de la passion pour l’exercice de métier brille dans les coeur des jeunes journalistes. J’apprécie le travail de Mimi mefo et ses qualités de Grand reporter et de présentatrice TV.  Je cite également Gladys sidje dont la plume de reporter est de plus en plus appréciée. J’apprécie également Gwladys Lebouda en service à Crtv info Journaliste reporter d’images et présentatrice d’émission. Polyvalente et compétente. Je cite Lucien Bodo rédacteur en chef adjoint chez Mutations et spécialiste des questions économiques. Ses articles et ses analyses sont fort pertinents.  Je cite Hervé villard de la Nouvelle Expression qui signe de grandes enquêtes , Anicet Simo un  reporter aguerri qui a réalisé  de grands reportages dans les émissions « Carrières » et « stratégies » et Gertrude Fernande Bitjocka, une journaliste talentueuse.  Ils ne sont pas les seuls. De nombreux autres Jeunes journalistes travaillent d’arrache-pied pour faire vivre leur entreprise de presse respective.

Des souhaits et suggestions pour l’équipe de Médiatude qui entame ce nouveau challenge ?

Je souhaite que Médiatude reste toujours professionnel dans le traitement de l’information relative aux médias et poursuive sa mission d’éducation de masses sur le rôle des médias et soit l’indicateur le plus objectif  des performances des programmes audiovisuels et des journalistes au Cameroun.

Pour l’addition ! Espèrerez-vous être nominé, par les internautes en décembre prochain lors de la 3 eme édition des Awards des Médias que nous organisons ? (Sourire)

Je suis passionné de journalisme et je travaille depuis 8 ans afin que les camerounais soient les mieux informés et mieux instruis sur les politiques publiques , la construction de l’état de droit et la promotion de la démocratie. S’ils reconnaissent que cette mission d’information et d’éducation est bien menée, ils exprimeront leur degré de satisfaction lors des prochains Awards des médias sur la plateforme Médiatude et ce sera toujours avec grand plaisir d’être compté parmi ceux là qui seront nominés.

Merci !

© Entretien avec Médiatude


Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *