Médiatude

à la une

Interview Valère Bessala : « Je n’ai jamais été en contact de quelque manière que ce soit avec le PDG du Groupe L’Anecdote »

Par Y.M.T.
Interview Valère Bessala : « Je n’ai jamais été en contact de quelque manière que ce soit avec le PDG du Groupe L’Anecdote »

Invité en permanence depuis juin 2021 dans CLUB D’ELITES sur Vision 4, l’homme politique a brusquement disparu des antennes de la chaine de Nsam. Pour beaucoup, ce serait dû à sa sortie du 15 mai dans le programme de Bruno Bidjang, où il critiquait sévèrement la posture de Jean Pierre Amougou Belinga face à la direction général des impôts. Médiatude a rencontré le guide du parti Jouvence-Jcp. Dans cet entretien, il parle de ses rapports avec le patron de Vision 4, mais surtout revient sur sa récente sortie à polémique qui continue de faire parler. Interview.

Médiatude : Valère Bessala est-il consultant à CLUB D’ÉLITES ou pas ?

Valère Bessala :  Je n’ai jamais été consultant de ce média encore moins de ce programme dominical. Juste un invité. Un simple invité. Ma permanence aura peut-être été dû, d’une part à une préférence du présentateur pour moi, et d’autre part, au capital sympathie que j’ai dû engranger auprès des publics de ce programme. Si je ne m’en tiens qu’aux messages des nombreux internautes, followers et téléspectateurs. Je profite d’ailleurs de cette tribune que Médiatude m’offre pour remercier du fond de mon cœur tous ceux qui se sont rendus sensibles à mon discours d’éveil de la jeunesse camerounaise et à la cause politique que je m’emploie à défendre au quotidien, avec d’autres jeunes volontaires et engagés de toutes les régions de notre pays.

Depuis peu, vous êtes absent du plateau de cette émission. Qu’est-ce qui justifie cette absence ?

Je ne saurais l’expliquer. Mais je tiens à faire remarquer que je n’ai jamais créé une télévision, sinon je m’arrogerai le privilège d’y être visible chaque fois qu’il me passerait l’envie. Le présentateur de cette émission, monsieur Bruno Bidjang, m’a fait l’honneur il y a de cela un an en juin 2021, de m’inviter à ces agapes dominicales. Je m’en souviens comme si cela était hier. Cette chaîne était au plus bas de sa forme. Compte tenu des turbulences qu’elle traversait avec l’illustre ainé qui en est le promoteur, dans ce que certains ont appelé « Vision 4 Gate », très peu de leaders d’opinion manifestaient l’envie ou le désir d’y aller. J’ai dû par sympathie et sur l’insistance de ce jeune et talentueux présentateur, accepter d’y aller mouiller le maillot. En plus de cela, mon objectif politique étant de défendre et de soutenir la jeunesse, partout où elle se trouve et s’active, j’avais et je continue d’avoir beaucoup de sympathie pour ces nombreux jeunes qui y sont employés et utilisés à leur juste valeur. Beaucoup d’ailleurs qui y travaillent, me sont très proches. C’est d’ailleurs le cas dans la plupart des autres médias. Car, il est important de le mentionner, ce média est l’un des rares, sinon le seul actuellement dans notre pays, qui offre aux professionnels des métiers de la communication et du journalisme, un véritable profil de carrière ainsi que la possibilité de réaliser leurs rêves d’humains et d’hommes. Et puis, il faut aussi le dire honnêtement, en apparence, je ne trouvais pas la ligne éditoriale de ce média, très éloignée du soutien républicain et patriotique aux institutions que défend JOUVENCE-JCP, le parti politique dont je suis modestement le Guide.

Selon certains internautes, ce serait votre position très critique envers le PDG du groupe L’Anecdote qui serait à l’origine de votre départ de l’émission de Vision 4 TV.

Les internautes ont leur ressenti. Ils ont leurs impressions qui sont d’ailleurs les meilleures. D’ailleurs qui mieux que celui qui nous regarde derrière son petit écran, peut voir, lire et soupeser la vérité ou l’honnêteté, le mensonge ou la fourberie de ceux qui croisent le fer de la parole et du verbe sur un plateau de télévision ? Si donc les internautes et les téléspectateurs ont eu ce ressenti, c’est bien leur position. Et je la respecte. Figurez-vous que je ne peux être à la fenêtre et me voir en même temps passer dans la rue. Mais pour ceux qui pensent que c’est parce-que j’aurai été  »très critique » envers L’aîné, PDG et promoteur de cette Chaîne, je dois aussi dire que je respecte leur position. Pour ce qui me concerne, je crois qu’il y a eu beaucoup de malentendus pendant et après l’émission de ce dimanche-là. Le petit bonhomme que je suis ne connait pas la méchanceté. Personne ne peut m’utiliser pour faire du mal à qui que ce soit. La méchanceté, j’en ai connu dans ma vie comme dans ma petite carrière administrative. Je la subis encore jusqu’à ce jour. Je n’ai jamais rendu de coups. Je n’ai pas le temps de ce genre de bassesses. Et donc, nul ne peut m’amener à faire du mal à qui que ce soit, même lorsque j’aurai de bonnes raisons de le faire. J’ai toujours laissé le soin à d’autres forces supérieures à mes capacités, de me venger. J’aurais pu être sur n’importe quel plateau d’une autre chaîne d’un tout autre ainé, que j’aurais toujours eu la même attitude de vérité et de franchise. Cela aurait même pu être l’aîné PDG au menu d’une autre chaîne de télévision, que j’aurais eu la même réaction. Je ne suis pas un va-t-en-guerre. Je ne fais pas dans la provocation. Je ne mène que les combats qui valent la peine d’être menés. Quand c’est juste, je soutiens. Quand ce n’est pas juste, je ne soutiens pas. Mais dans un cas comme dans l’autre je le fais à la loyale. De plus, mon objectif est de fédérer la jeunesse camerounaise autour de notre avenir ; le leader que je suis doit donc, autant que mes petites forces me le permettent, incarner ces valeurs et ces vertus que la jeunesse camerounaise cherche en vain chez les leaders politiques auxquels elle ne croit plus. À cela, il faudrait ajouter que je n’ai pas le monopole de l’honnêteté et de la loyauté. Je ne sors pas de chez moi pour me faire des ennemis. Les seules cibles de mon combat politique, sont ces personnes qui rament à contre-courant des intérêts du Cameroun, de la Jeunesse Camerounaise et de la postérité. Ma façon à moi d’aider quelqu’un, c’est de lui dire la vérité. C’est de lui donner des conseils. Quand on n’a aucune sympathie ni aucune estime pour quelqu’un, on ne lui dit pas la vérité. On ne lui prodigue pas de conseils.

Mais vous savez, l’argent et le pouvoir aveuglent l’être humain. Ils lui font faire généralement de très mauvais choix, surtout lorsqu’il n’y prend pas suffisamment de distance. Ils peuvent même l’amener à ne point distinguer les laudateurs ou serpents qui l’enroulent patiemment aujourd’hui pour lui briser la colonne vertébrale demain, lorsqu’il sera totalement encerclé et affaibli. L’argent et le pouvoir peuvent amener un homme bon à ignorer ce chien qui aboie dans sa cour pour l’avertir des dangers qui rôdent au dehors. J’ai dit à mon grand frère PDG du Groupe L’Anecdote ce que j’avais à lui dire ; et en toute honnêteté et franchise. C’est un adulte, un brillant sujet de cette République, un grand monsieur, un homme d’une élévation que je respecte. S’il ne m’a pas saisi à chaud au moment où je m’exprimais, il m’a déjà certainement compris aujourd’hui, avec un peu de recul. Qui mieux que lui est bien placé pour savoir et comprendre comment ça marche derrière les rideaux du pouvoir au Cameroun ?

Quels sont vos rapports actuels avec les responsables du média ?

Pour le peu que je sache, je n’ai aucun problème avec personne dans ce Média. Je n’ai jamais été en contact de quelque manière que ce soit avec le PDG du Groupe l’Anecdote. Donc je n’ai aucun rapport de quelque nature que ce soit avec lui. C’est d’ailleurs un ainé pour lequel j’ai beaucoup de sympathie, non seulement pour son intelligence et sa flexibilité en ascension, mais aussi pour sa résilience en réseau. Ce sont des qualités qui font défaut à beaucoup de dirigeants et surtout à des leaders jeunes de notre génération. Il n’est pas facile de devenir et de rester quelqu’un dans notre pays. La seule personne avec laquelle j’ai des liens serrés dans ce média, c’est naturellement le talentueux présentateur Bruno Bidjang. Et nos rapports, en plus d’être ceux d’ainé et cadet, sont restés d’amicalité et de convivialité.

 Comptez-vous regagner cette antenne, un de ces quatre ?

Les jeunes ont beaucoup de gratitude pour Monsieur Jean Pierre Amougou Belinga, pour nous avoir donné une tribune qui nous permet non seulement de nous interconnecter dans notre combat politique, mais aussi de véhiculer les valeurs patriotiques et républicaines de responsabilité et de soutien aux institutions. Le PDG du Groupe L’Anecdote est indissociablement et indéniablement un vecteur et facilitateur majeur de l’avancée, ainsi que de l’enracinement de la philosophie, de la logique et du combat pour un pouvoir jeune. Personne ne pourra le lui enlever. Nous le garderons toujours dans nos consciences et nos mémoires. Maintenant, ce média, c’est sa chose. Il en fait ce qu’il veut. Il invite qui et quand bon lui semble.  

Pour ce qui me concerne, depuis que je suis entré en politique, je ne m’appartiens plus. Pour des malentendus que l’on peut transcender, des broutilles en fait, les jeunes ne me pardonneront jamais de manquer une occasion de propager la bonne nouvelle de « La jeunesse main de lance de la nation » de demain.

Vous savez tout à présent. La réponse c’est oui. Je vais partout là où la voix de la jeunesse camerounaise peut se faire entendre. Et Médiatude est aussi l’une des ces « place to be ».

Entretien avec Y.M.T. et G.M. , Médiatude

Articles Similaires