Médiatude

à la une

« À chaque fois que Maurice Kamto prend la parole, c’est pour déstabiliser les institutions », a tonné Marcelle Simo Dans 7 hebdo

Par L.A.O.
«  À chaque fois que Maurice Kamto prend la parole, c’est pour déstabiliser les institutions », a tonné  Marcelle Simo Dans 7 hebdo

La communicante du Rassemblement démocratique du Peuple camerounais (Rdpc) a estimé au cours de l’émission diffusée sur Stv ce lundi 19 septembre 2022 que le Mrc n’était pas « plus spécial » que les autres partis d’opposition.

Marcelle Simo pense que les médias camerounais mettent trop en avant le Mrc et font de l’ombre aux autres partis d’opposition.

« Le Cameroun a plus de 200 partis politiques et à un moment, je commence à me fatiguer qu’à chaque fois on nous parle du Mrc comme si c’était le parti d’opposition le plus spécial, nous avons là un fait sur ce plateau. On aurait pu avoir le Sdf, on aurait pu avoir l’Undp […], mais on a un parti qui à chaque fois vous donne une démonstration comme s’il était le parti politique des génies. Mais arrêtez ! On vit sous une planète et du moins, au Cameroun avec ses règles et ses principes. […] Le Cameroun est à 50 ans de démocratie […] Quelqu’un va vous dire qu’ils [Mrc] ont montré aux yeux du monde le jeu électoral. Mais le Cameroun avant 2018 était à combien d’élections ? Vraiment Que le Mrc arrête de croire que c’est lui qui est venu éclairer les camerounais pour démontrer que les autres partis d’opposition ne servent à rien […] », a demandé la sociologue.

« Le problème du président du MRC c’est… »

Évoquant la marche du 22 septembre 2022 qui a viré à l’arrestation de plusieurs membres du Mrc, le docteur Simo a laissé entendre que Maurice Kamto, le président du parti, n’est pas dans une démarche pacifique.

« Le véritable problème du président du Mrc, c’est qu’à chaque fois qu’il prend la parole, je vous assure qu’il la prend pour déstabiliser les institutions et je peux vous citer. Vous vous rappelez quand il est venu dernièrement lors de la séance de dédicace. Il s’est retrouvé dans la maison de leur parti. Il a dit : « Mes citoyens doivent sortir de la prison avant le 20, avant le 25, comme s’il intimait l’ordre aux institutions de libérer ses militants. Nous sommes à deux ans et c’est beaucoup. Demandez pardon et vous sortirez », a grondé la communicante du Rdpc avant de se voir interrompre par Leila Reine Nganzeu, la présentatrice.

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *